Espagne: les clubs de Liga entérinent l’accord avec CVC, sans le Real Madrid ni le Barça

Le président de LaLiga Javier Tebas interviewé par l’AFP à Madrid, le 21 octobre 2020
/ © 2021 AFP

Les clubs professionnels d’Espagne ont entériné l’accord de vente de 10% du capital de LaLiga au fonds d’investissement CVC Capital Partners, qui a préféré exclure de l’accord final les quatre clubs opposants, dont le Real Madrid et le FC Barcelone, a annoncé le président de LaLiga Javier Tebas jeudi.

“LaLiga Impulso” verra bien le jour : cette nouvelle entreprise, vers laquelle LaLiga va transférer l’ensemble de ses activités, sera détenue à 10% par CVC, et les clubs de Liga pourront bien bénéficier de cette manne tombée du ciel de plus de 2 milliards d’euros.

Réunis jeudi, tous les club à l’exception des quatre qui n’ont pas voté pour ce projet (38 voix pour et 4 contre, le Real, le Barça, l’Athletic Bilbao et un club qui n’a pas souhaité être identifié), que CVC a préféré ne pas intégrer à l’accord.

Initialement, l’opération s’élevait à 2,7 milliards d’euros, mais après le retrait de ces quatre clubs, il a été réduit à 2,1 milliards d’euros, a annoncé Javier Tebas jeudi après la réunion.

Concrètement, cela signifie que ces quatre clubs ne toucheront rien des 2,1 milliards d’euros que se répartiront les autres clubs professionnels espagnols. En échange, ils resteront totalement indépendants dans leurs décisions et dans leurs budgets.

En creux, cela signifie que le Real et le Barça, qui font partie des derniers mutins du projet avorté de Super Ligue européenne (avec la Juventus Turin), pourront continuer à défendre leur projet.

Mais le Real et le Barça considèrent que cet accord les lèse, car il conditionne une partie de leurs revenus de droits TV pendant un demi-siècle, une durée énorme dans une industrie aussi changeante que le football.

CVC leur a toutefois laissé un délai de trois ans pour changer d’avis et intégrer l’accord, sans pénalités.

“Cet accord est le fruit de dix mois de travail, entre l’apparition de la Super Ligue et d’autres conflits qui l’ont mis en péril”, a déclaré Tebas, qui a critiqué “l’autre modèle de championnat que défendent les clubs qui ont voté contre” ce projet.

En pratique, 70 % des 2 milliards d’euros seront destinés à financer les infrastructures et les futurs investissements des clubs, 15% à équilibrer la dette et compenser les pertes générées par la pandémie (qui s’élèvent à près d’un milliard d’euros selon Tebas), et les derniers 15% iront directement aux effectifs (recrues, salaires, etc.).