Espagne: le Real porté par Vinicius et Benzema, l’Atlético par ses Français


Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2021 AFP

Grâce à Vinicius et Karim Benzema, le Real Madrid, leader, a battu le Séville FC 2-1 à domicile dimanche lors de la 15e journée du Championnat d’Espagne, et reste en tête quatre points devant la Real Sociedad et l’Atlético Madrid, large vainqueur à Cadix (4-1).

Les Sévillans ont ouvert le score tôt dans le match, d’une tête placée de Rafa Mir qui s’est défait du marquage de Ferland Mendy sur corner (12e), puis Karim Benzema a égalisé pour les Merengues (32e), à la reprise d’une lourde frappe d’Eder Militao repoussée sur son poteau par le portier sévillan Bono…

Et le jeune ailier brésilien Vinicius a offert la victoire aux siens d’une puissante frappe en toute fin de partie, à la 87e, pour permettre au Real de prolonger sa série de six victoires de rang toutes compétitions confondues.

Métamorphosé cette saison, Vinicius a encore une fois été ovationné par le Santiago-Bernabeu après son but. Et l’avant-centre français, placé parmi les favoris pour le Ballon d’Or qui sera décerné lundi soir à Paris, a encore une fois été le patron offensif de la “Maison blanche”.

Les deux compères d’attaque du Real mènent la danse du classement des buteurs de Liga, avec 9 buts en 14 matches pour “Vini” et 11 buts en 13 matches pour “KB9”.

“Extraordinaire. C’est un joueur qui a quelque chose de spécial dans les pieds. Savoir être décisif comme aujourd’hui quand tu n’as pas d’opportunités de t’illustrer dans ton point fort, le un-contre-un, c’est une autre étape pour devenir l’un des meilleurs du monde”, a réagi Carlo Ancelotti après le match à propos de la performance du jeune Brésilien.

Courtois, précieux

Mais les Andalous, qui devront aller chercher leur ticket pour les 8e de finale de Ligue des champions dans dix jours à Salzbourg, ont sérieusement mis en difficulté les hommes de Carlo Ancelotti dimanche soir.

Après le but de Mir, déjà buteur à Wolfsburg mardi en C1, Séville a eu l’occasion d’enfoncer le clou dans la foulée, mais David Alaba a bloqué le ballon sur sa ligne, puis Thibaut Courtois a sorti une parade décisive pour maintenir les Madrilènes à flots (14e).

Et Lucas Ocampos a lui aussi eu ses chances: l’ancien Marseillais a heurté la barre transversale sur un ballon brossé à la 30e minute après avoir éliminé Casemiro, puis sa reprise de la tête juste avant la pause (45e+2) a fini dans les gants de Courtois, précieux pour le Real dimanche.

Plus tôt dans la soirée, l’Atlético a repris confiance à Cadix grâce à ses joueurs français. Thomas Lemar a d’abord repris de la tête un centre de Yannick Carrasco à la 56e pour marquer son troisième but de la saison, puis Antoine Griezmann a repris du droit un centre de Marcos Llorente au point de pénalty pour accroître l’écart (70e).

Et Lemar (élu homme du match) aurait même pu signer un doublé, s’il avait mieux ajusté son piqué par-dessus Jeremias Ledesma à la 64e. Mais son remplaçant, l’Argentin Angel Correa, est entré en jeu avec la même intensité que le Guadeloupéen, et a marqué le but du 3-0, à la conclusion d’un très beau mouvement collectif (76e) dans lequel Griezmann était encore impliqué.

Juanmi voit triple

Les Colchoneros ont ensuite déroulé: malgré le but gag de Choco Lozano, qui a surpris Jan Oblak sur un long centre lobé (86e), Matheus Cunha a immédiatement répliqué tout en puissance, assurant le succès des Madrilènes dans le Sud du pays.

Ce succès permet aux Colchoneros d’oublier le cruel revers concédé mercredi contre l’AC Milan en C1 (1-0), une défaite qui a compliqué leur qualification pour les huitièmes de finale de Ligue des champions. Et surtout, il relance l’Atlético et ses deux internationaux français en championnat avant le dernier mois de compétition de l’année.

Plus tôt dans la journée, la Real Sociedad a concédé sa première défaite de la saison sur la pelouse de l’Espanyol Barcelone (1-0), reculant ainsi au troisième rang provisoire du classement. Et le Betis Séville a relevé la tête à domicile, dominant Levante 3-1 grâce à un triplé de Juanmi, qui a scellé son coup du chapeau grâce à une ultime passe décisive de Nabil Fekir.