Espagne: le Real Madrid et le FC Barcelone brocardent l’accord Liga-CVC

L’attaquant français du Real Madrid Karim Benzema déborde les Barcelonais Ronald Araujo et Sergio Busquets lors du dernier Clasico disputé à Madrid, le 10 avril 2021
/ © 2021 AFP

Le Real Madrid et le FC Barcelone ont tous deux critiqué jeudi l’accord signé par LaLiga, organisatrice du Championnat d’Espagne, avec le fonds CVC, qui lèse les intérêts des clubs espagnols, selon les deux géants du Championnat.

LaLiga a scellé mercredi un accord avec le fonds CVC, géant de l’investissement basé au Luxembourg, pour vendre 10% de son capital pour 2,7 milliards d’euros.

Une nouvelle société va être créée dans laquelle LaLiga va transférer toutes ses activités et dont CVC détiendra “une participation minoritaire d’environ 10%”. LaLiga conservera en revanche la gestion des droits TV.

“Cet accord s’est fait sans la participation du Real Madrid et sans sa connaissance, et LaLiga a permis pour la première fois aujourd’hui (jeudi) que nous ayons un accès limité aux termes de l’accord”, explique le club madrilène dans un communiqué.

“La négociation s’est faite sans un processus concurrentiel et les conditions économiques nouées avec le fond CVC lui assurent une rentabilité annuelle de plus de 20%”, poursuit le club le plus titré d’Espagne.

“Ce fond opportuniste est le même que celui qui a essayé sans succès (de nouer) des accords similaires avec les ligues italienne et allemande”, écrit le Real.

En Italie, une opération similaire, avec encore CVC parmi les acteurs, est sur les rails mais se heurte pour l’instant à l’opposition de certains clubs de Serie A.

En Espagne, “cet accord, utilisant une structure trompeuse, exproprie les clubs de 10,95% de leurs droits audiovisuels pendant cinquante ans, et en contradiction avec la loi”, affirme le Real.

“Le Real Madrid ne peut appuyer une opération qui fait cadeau à des investisseurs de l’avenir de 42 clubs de première et deuxième divisions et l’avenir des clubs promus durant ces 50 années”. Le club réunira prochainement l’Assemblée de ses socios pour aborder “les importantes pertes patrimoniales, sans précédent en 119 ans d’histoire, que ledit accord occasionnera”.

De son côté, le FC Barcelone a fait part de sa “surprise”, jugeant que l’accord n’avait “pas été suffisament concerté auprès des clubs (propriétaires des droits TV)”.

“Le club juge inappropriée la signature d’un contrat d’un demi-siècle, compte tenu des incertitudes qui entourent toujours le monde du football” et estime que “les conditions du contrat dont parle LaLiga condamnent l’avenir du FC Barcelone en termes de droits audiovisuels”.