Espagne: d’ex-dirigeants d’Osasuna et joueurs du Betis condamnés à de la prison pour matches truqués

Les défenseurs du Betis Séville, Antonio Amaya Carazo (c) et Xavi Torres (g), lors d’un match de Liga face l’Espanyol de Barcelone, à Cornella, le 1er septembre 2013
/ © 2020 AFP

Cinq anciens dirigeants d’Osasuna et deux anciens joueurs du Betis Seville ont été condamnés à des peines de prison vendredi pour corruption en lien avec des matches truqués lors de la saison de Liga espagnole 2013-14.

Au total, neuf personnes ont été jugées coupables d’avoir comploté dans le but d’arranger les résultats afin qu’Osasuna évite la relégation vers la deuxième division en 2014, représentant, selon le tribunal, la première condamnation prononcée en Espagne en raison de matches truqués.

Le procès a révélé qu’Osasuna a payé un total de 650.000 euros au Betis: 400.000 pour battre Valladolid, alors rival pour le maintien en Liga, et 250.000 pour que les Andalous perdent contre Osasuna, lors des deux derniers matches de la saison.

Le Betis avait battu Valladolid 4-3 et perdu à Osasuna 2-1, mais Osasuna avait tout de même été relégué, en finissant 18e, aux côtés de Valladolid et du Betis.

L’ancien directeur d’Osasuna Angel Vizcay a été condamné à la plus longue peine, huit ans et huit mois de prison, pour fraude sportive, détournement de fonds et falsification de documents et de comptes.

Les anciens joueurs du Betis Antonio Amaya et Xavi Torres ont eux été condamnés à un an de prison, à payer une amende de 900.000 euros et à une interdiction de football pour deux ans.

L’ex-président du club de Pampelune (Nord) Miguel Archanco et les anciens dirigeants Juan Antonio Pascual, Jesus Peralta et Sancho Bandres ont également été condamnés, tout comme deux agents immobiliers, Cristina Valencia et Albert Nolla.