Espagne: Dembélé, désormais indispensable avant Real-Barça

L’attaquant français du FC Barcelone, Ousmane Dembélé, célèbre son but contre Séville au stade Ramon Sanchez Pizjuan à Séville, le 27 février 2021
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2021 AFP

Après deux saisons minées par des blessures, le flamboyant ailier Ousmane Dembélé a retrouvé son meilleur niveau, l’équipe de France et un rôle de titulaire au FC Barcelone, qui défie le Real Madrid samedi pour un clasico décisif pour le titre en Liga (21h00).

“Moustique” a recommencé à piquer: lundi, Dembélé a offert la victoire au Barça avec un but à la 90e contre Valladolid (1-0), pour permettre au Barça de revenir à un petit point de l’Atlético Madrid en tête de la Liga… et de faire le plein de confiance avant le choc face au Real (3e).

Un coup de patte crucial à l’entame du sprint final pour le sacre domestique, un objectif redevenu envisageable depuis le retour en forme de l’explosif attaquant originaire d’Evreux.

“C’est un joueur de grande qualité, très rapide, adroit des deux pieds. Maintenant il doit garder cette efficacité, et ses un-contre-un peuvent être vitaux pour notre attaque. C’est un joueur important pour nous, et les joueurs importants doivent se montrer demain (samedi)”, a souhaité son entraîneur Ronald Koeman vendredi en conférence de presse d’avant-match.

“Sa trajectoire cette saison est excellente: il a beaucoup progressé sur le plan physique, ça a été la clef de sa régularité, de pouvoir enchaîner beaucoup de matches comme ça. Si ça ne tenait qu’à moi, oui, bien sûr que j’aimerais qu’il reste avec nous” après la fin de son contrat en 2022, a souhaité le technicien néerlandais lundi soir.

“Je suis un grand fan”

Selon la presse espagnole, le Barça souhaite en effet prolonger son ailier jusqu’en 2025, pour deux raisons: d’abord car Dembélé est un des piliers de la belle deuxième moitié de saison du Barça; et ensuite parce que s’il ne prolonge pas, l’international français (23 sélections, 3 buts) pourra partir libre à l’été 2022.

Un scénario que le Barça du nouveau président Joan Laporta veut absolument éviter, après avoir dépensé 135 M d’EUR bonus compris en 2017 pour attirer le “Dembouz” qui époustouflait l’Europe au Borussia Dortmund.

“Je suis un grand fan d’Ousmane Dembélé. Il va mieux, il est dans une forme spectaculaire, et mentalement, il est fort aussi. C’est le type de joueurs que j’essaierai de faire rester au Barça de nombreuses années”, avait glissé Laporta, alors en campagne, dans un entretien en février.

Mais la clé du renouveau de “Dembouz”, c’est sans doute la confiance que lui a accordé Ronald Koeman: dès son arrivée l’été dernier, le technicien néerlandais a laissé sa chance au dynamiteur français, qui sortait d’une absence de six mois après une lourde blessure (rupture complète du tendon du biceps fémoral de la cuisse droite en février 2020).

Indiscutable

Dembélé a saisi la perche: souvent inquiété par des blessures musculaires aux jambes, l’ancien Rennais n’a manqué que cinq matches cette saison, en décembre, pour une petite élongation aux ischios-jambiers de la cuisse droite.

Il a profité de la blessure d’Ansu Fati pour passer en six mois du dernier attaquant dans la hiérarchie (aux côtés de Martin Braithwaite), à un poste de titulaire indiscutable.

Cette saison, Ousmane Dembélé a marqué 10 buts et délivré 4 passes décisives en 36 matches toutes compétitions confondues. Et ses réalisations sont souvent cruciales: le but du nul contre Eibar pour éviter le ridicule dès son retour de blessure en décembre, l’ouverture du score à Séville lors de la petite remontada en demi-finale de Coupe du Roi le 3 mars (2-0 à l’aller, 3-0 au retour), ou encore le but de lundi contre Valladolid.

Mais ce qui rassure le plus, c’est sa santé. Dembélé vient de jouer les 24 derniers matches du FC Barcelone (19 fois comme titulaire). Aux côtés de Lionel Messi et de son compatriote Antoine Griezmann, il forme désormais le trio d’attaque fétiche de Koeman, dans son nouveau système en 3-4-3.

Samedi dans le clasico, Dembélé sera l’une des principales armes offensives de ce Barça renaissant. De quoi intimider même les Madrilènes: quand il a été titulaire, Ousmane Dembélé n’a encore jamais perdu un clasico (trois succès en trois rencontres en 2018-2019).