Espagne: Dembélé arrache la victoire pour le Barça, avant le clasico

Ousmane Dembélé (au centre) est félicité par ses coéquipiers après avoir marqué pour le Barça contre Valladolid au Camp Nou, le 5 avril 2021
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2021 AFP

A cinq jours du clasico contre le Real Madrid, Ousmane Dembélé a offert la victoire au FC Barcelone grâce à un but à la dernière minute contre le 16e de Liga, Valladolid, lundi pour la 29e journée, et permet aux Catalans de revenir à un point de l’Atlético Madrid en tête.

“Dembouz”, le sauveur: alors que l’Atlético Madrid a été défait 1-0 à Séville dimanche, le champion du monde français a permis au Barça de continuer à croire en ses chances de remporter le titre en reprenant du gauche et à la 90e un centre de Frenkie de Jong détourné par Ronald Araujo.

Il avait déjà été impliqué dans un des tournants du match dix minutes auparavant, en provoquant une faute qui a valu un carton rouge direct à Oscar Plano (79e) pour un dangereux tacle par derrière.

En regain de forme depuis que les blessures l’ont épargné en 2021, rappelé même en Bleu, Dembélé a regagné une place de titulaire dans le onze de Ronald Koeman, et enchaîne les bonnes performances.

Lundi, il a par exemple distillé une intelligente talonnade à Lionel Messi, dont la frappe a été contrée en première période. Il en est désormais à dix buts marqués cette saison (cinq en Liga, trois en C1 et deux en Coupe du Roi), et quatre passes décisives.

“C’est un joueur important. Sa trajectoire cette saison est excellente: il a beaucoup progressé sur le plan physique, ça a été la clef de sa régularité, de pouvoir enchaîner beaucoup de matches comme ça. Si ça ne tenait qu’à moi, oui, bien sûr que j’aimerais qu’il reste avec nous (après la fin de son contrat en 2022)”, a souhaité Koeman en conférence de presse d’après-match.

Le Barça “lent, fatigué”

Mais alors que le clasico retour de Liga se profile samedi (21h00, 20h00 GMT) contre le Real Madrid, le Barça devra montrer un visage bien plus entreprenant s’il veut espérer accrocher un résultat face au champion d’Espagne en titre, en pleine bourre actuellement et qui reçoit Liverpool en quart de finale aller de Ligue des champions mardi soir.

Car malgré le maillot offert à Lionel Messi avant le coup d’envoi pour son record de 768 matches disputés sous les couleurs blaugrana, ce n’était pas le Barça des grands soirs, lundi.

“Il nous a manqué des choses en première période: créer des occasions en attaque, et en défense aussi, notre pression n’a pas été très bonne. J’ai vu un Barça un peu lent, fatigué, qui n’avait pas le contrôle du match, c’est pour cela que l’on a changé de schéma à la pause. Ca a été mieux en deuxième période, peu à peu”, a analysé Koeman après la partie.

Face à un Valladolid qui a dans un premier temps refusé de s’enfermer dans un camp pour jouer sa chance à fond, avant de se replier en fin de rencontre sous les assauts catalans, les hommes de Ronald Koeman ont cruellement manqué d’imagination à l’approche de la surface adverse.

Et le 16e de Liga, à trois points de la zone rouge, aurait même pu ouvrir le score, sur une tête de Kenan Kodro qui a heurté la barre transversale de Marc-André ter Stegen (9e).

Les joueurs et le staff ont montré leur mécontentement au coup de sifflet final, au sujet de plusieurs actions litigieuses: le carton rouge sévère, le possible hors-jeu de Dembélé sur son but, la main de Jordi Alba dans la surface catalane non-sifflée…

Malgré une performance bien terne du Barça, le but de Dembélé est venu cacher la misère de la prestation catalane lundi soir au Camp Nou… mais samedi, le Barça devra mieux faire pour ne pas se voir distancer dans la course au titre.