EA Ligue 1 Games: “Ca nous change de Mende!”

L’entraîneur de Montpellier Michel Der Zakarian arrive pour une conférence de presse sur le EA Games Ligue 1, le 17 juillet 2019 a Washington
/ © 2019 AFP

La tournée américaine de la Ligue fait quasiment l’unanimité auprès des joueurs et entraîneurs venus à Washington pour promouvoir le football français, à l’image des Montpelliérains, qui allaient tous les étés en stage à Mende, en Lozère.

“Ça nous change des matches à Mende”, sourit Michel Der Zakarian, le coach de Montpellier. Et les “superbes installations” de l’Université du Maryland changent du champêtre stade du Chapitre de la plus petite préfecture de France, avec ses quelques 11.000 habitants, quatre fois moins que le campus de Maryland University…

“Les conditions de travail sont très bonnes, estime +Der Zak+, l’hôtellerie est magnifique, on a été très bien accueillis. On est très heureux d’être là.”

Même la chaleur accablante (plus de 40° samedi) ne le gêne pas. “On savait, il allait faire très chaud, et puis à Montpellier il fait chaud aussi, on est habitué”.

Ses joueurs étaient impatients. “Les quinze premiers jours on ne parlait que de ce stage à Washington”, lâche Damien Le Tallec.

Pour l’entraîneur de Saint-Étienne, Ghislain Printant, “c’est un honneur que l’ASSE soit reçue ici, une belle fierté”, dit-il depuis la résidence de l’ambassade de France, où ont été invitées les quatre équipes (Montpellier, Saint-Étienne, Marseille et Bordeaux).

“C’est fabuleux de pouvoir apporter le club ici sur le continent américain, cela permet aux nombreux supporters américains ou français expatriés de voir enfin les Verts”, ajoute Printant.

“On voit ça dans les films”

Et tant pis si les demi-finales ont été un échec populaire avec seulement 3.500 personnes. “Les spectateurs présents se sont quand même régalé, je pense”, a-t-il lâché après la victoire 4-2 contre Montpellier. Il y avait en effet quelques maillots verts dans les tribunes clairsemées de l’Audi Field.

Son joueur Rémy Cabella, fan de culture US, “trouve que c’est une très bonne expérience, c’est important pour le championnat français de faire un tournoi aux États-Unis”.

De nombreux joueurs ont évoqué leur mission de promotion de la L1 aux USA, du Bordelais Jimmy Briand au Stéphanois Mathieu Debuchy, qui “pense que cette tournée va permettre à pas mal d’Américains de pouvoir jeter un œil sur le championnat de France”, en passant par le gardien marseillais Steve Mandanda, “fier” de représenter la France.

Seul son de cloche dissonant, le nouvel entraîneur de l’OM, André Villas-Boas. “Je veux que ce stage passe vite, les conditions sont difficiles, il fait chaud, la pelouse n’est pas bonne”, regrette le Portugais.

Mais ses joueurs sont contents. “C’est tout +bénef+ pour nous si la L1 se fait connaître dans le monde entier”, réagit Dimitri Payet.

Mandanda est aussi très heureux du dépaysement, avec ce décor riche du Washington Monument ou du Capitole. “On voit ça dans les films, les séries, on a la chance de voir ça en vrai”. Mais il préfère “la Bonne Mère, il n’y a pas photo!”