Des supporters de l’OM dĂ©ploient une banderole dĂ©nonçant les interdictions de dĂ©placement, le 18 fĂ©vrier 2018 au VĂ©lodrome
/ © 2019 AFP

Un premier pas en direction des groupes de supporters: le gouvernement a annoncĂ© lundi qu’il tenterait de mieux anticiper l’organisation de matches de football jugĂ©s sensibles et rĂ©gulièrement assortis de restrictions ou interdictions de dĂ©placements de supporters des Ă©quipes visiteuses.

Cette question cristallise la colère des associations de supporters, qui reprochent aux autoritĂ©s l’augmentation des arrĂŞtĂ©s prĂ©fectoraux interdisant ou restreignant les dĂ©placements des fans, et leur publication tardiveparfois la veille du match voire le jour mĂŞmeau journal officiel.

En rĂ©ponse aux interrogations, Laurent Nunez, secrĂ©taire d’Etat auprès du ministre de l’IntĂ©rieur, a annoncĂ© lundi qu’une circulaire serait remise aux prĂ©fets “dans les semaines qui viennent” pour leur rappeler notamment de “ne pas tomber dans la banalisation” des interdictions de dĂ©placement.

“Il faut discuter (d’une Ă©ventuelle interdiction ou restriction) au cas par cas et le plus en amont possible (…) en prĂ©sence de l’ensemble des parties, y compris celle du club visiteur”, a-t-il prĂ©cisĂ© Ă  l’issue d’une rĂ©union de l’Instance nationale du supportĂ©risme (INS), qui met tous les acteurs (Ligue, FĂ©dĂ©ration, supporters, clubs…) autour d’une table prĂ©sidĂ©e par la ministre des Sports Roxana Maracineanu.

“Il faut responsabiliser tous les acteurs, dĂ©celer ce qui ne se fait pas de manière cohĂ©rente”, a renchĂ©ri la ministre, pour qui cette circulaire doit ĂŞtre comprise comme un “cahier des charges Ă  destination des prĂ©fets”.

Le secrĂ©taire d’Etat a indiquĂ© avoir exigĂ© que pour “chaque match jugĂ© sensible”, “les rĂ©unions de prĂ©paration se tiennent au minimum trois semaines avant la rencontre pour Ă©changer sur les conditions d’un Ă©ventuel dĂ©placement”, affirmant espĂ©rer des Ă©changes “collectifs et responsables pour Ă©viter d’en arriver Ă  la solution extrĂŞme de l’interdiction de dĂ©placement”.

La prĂ©sidente de la Ligue de football professionnel Nathalie Boy de la Tour a saluĂ© des “dĂ©clarations fortes qui aideront nos supporters Ă  se dĂ©placer plus facilement”, tandis que l’Association nationale des supporters (ANS) a Ă©voquĂ© “une petite avancĂ©e”, par la voix de son reprĂ©sentant Kilian Valentin.

“On reste prudent, il faut voir comment cela se traduira dans la pratique. Si cela aboutit Ă  une situation avec de moins en moins d’arrĂŞtĂ©s, on sera les premiers ravis”, a-t-il analysĂ©.

Depuis le dĂ©but de saison, 47 matches de football ont Ă©tĂ© concernĂ©s par ce type de mesure, dont 12 ayant fait l’objet d’une interdiction totale de dĂ©placement, selon l’ANS, qui tient un dĂ©compte. La dernière en date, dimanche soir, interdisait aux supporters marseillais de se rendre Ă  Paris pour PSG-OM.