Coupe de France: Rennes facile à l’Athlético Marseille

Rennes, porté par Raphinha et Hamari Traoré tous buteurs, a logiquement éliminé l’Athlético Marseille, le 19 janvier 2020
Par Emmanuel BARRANGUET / © 2020 AFP

Sans trembler, Rennes poursuit la défense de son titre en Coupe de France grâce à sa victoire contre l’Athlético Marseille (N3) en 16e de finale, dimanche à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), un match interrompu deux fois pour le comportement du public.

Classique: le Petit Poucet de 5e division a eu sa chance, a joué un joli football, mais s’est fait punir par une équipe plus mature.

Hamari Traoré (23e) a marqué en demi-volée au milieu du temps fort marseillais, puis Raphinha a doublé le score juste avant la mi-temps en profitant d’une erreur défensive (45e+2).

Rennes, troisième de Ligue 1, confirme sa bonne passe avec cette neuvième victoire en onze matches. L’équipe de Julien Stéphan n’a perdu que contre Amiens (3-2) en Coupe de la Ligue et contre l’Olympique de Marseille (1-0) en championnat.

L’aventure de l’Athlético s’arrête là, un peu dans la confusion à cause des interruptions, mais le club des quartiers nord de Marseille a montré de belles choses. Elles resserviront dans sa course pour remonter en National 2, son vrai objectif de la saison.

L’Athlético s’est découvert un soutien populaire, le kop bien garni, gonflé par le soutien d’ultras de l’OM, a réchauffé le glacial stade Parsemain de Fos-sur-Mer. Mais il a surtout entraîné par deux fois l’interruption du match.

Fumigènes, jets de bouteilles

A la 76e minute, l’arbitre Amaury Delerue a une première fois arrêté cinq minutes la rencontre pour des fumigènes. Il a rappelé les équipes au bord du couloir menant aux vestiaires et a fait passer une annonce.

Mais sitôt le match repris, des bouteilles ont été lancées sur le terrain, et cette fois le directeur de jeu a renvoyé tout le monde au chaud pour dix minutes de plus.

La rencontre s’est terminée sans que le cours du match ne change.

Les Bleus de l’Athlético ont eu les premières occasions, mais ont reçu une leçon de réalisme.

Edouard Mendy a été intraitable dans les buts, cherchant un coup franc de Sander Benbachir sous la barre (8e), contrant au pied un tir d’Hamidi Nagui (12e) puis une frappe à bout portant de Papa Ibnou Ba (20e), l’attaquant-vedette des Marseillais.

La chance était passée. Hamari Traoré, d’un tir en pleine lucarne, a donné l’avantage aux Bretons.

En toute fin de première période, un ballon cafouillé par Gabriel Dubois devant Raphinha a offert le but du break aux Rennais. Ses coéquipiers ont consolé le latéral gauche, formé à l’OM, mais le mal était fait.

Après la pause, l’Athlético a continué à presser, mais les frappes sont passées à côté (51e) ou ont été contrées (58e, 70e).

Mendy a aussi dû sortir au pied hors de sa surface (60e). Un retourné audacieux mais désespéré de Nagui (62e) a encore fait frissonner le public, mais l’AM n’a pas imité l’OM.