Coupe de France: Nantes, poussé aux tirs aux buts, s’en sort à Sochaux

La joie des Nantais, après leur victoire face à Sochaux lors de la séance de tirs au but (0-0, 5-4 t.a.b.), en 32e de finale de la Coupe de France, le 18 décembre 2021 au Stade Auguste-Bonal
/ © 2021 AFP

Le FC Nantes a assuré l’essentiel en s’imposant à Sochaux (L2) à l’issue d’une indécise séance de tirs aux but (0-0, 5-4), samedi lors des 32e de finale de la Coupe de France.

Face à une équipe sochalienne qui s’est fait une spécialité des coups d’éclats en Coupe face au pensionnaire de Ligue 1, atteignant la demi-finale en 2016 après avoir notamment éliminé le FCN en quart de finale (3-2), les Canaris ne sont pas tombés dans le piège.

Cette qualification nantaise est la conclusion logique d’une rencontre sans grand rythme au cours de laquelle les occasions se sont comptées sur les doigts d’une main. Impeccable tout au long de la partie, le défenseur sochalien Christopher Diédhiou, dernier tireur de la série, a vu sa frappe repoussée par Rémy Descamps.

Méfiant et motivé pour rallier le tour suivant, mais également conserver une bonne dynamique avant la dernière rencontre de championnat à Saint-Etienne, Antoine Kombouaré avait d’ailleurs choisi de présenter une équipe mixte en alignant plusieurs cadres comme Ludovic Blas, Nicolas Pallois ou Randal Kolo Muani.

Au final, la première période ne débouchait sur rien de significatif entre des Nantais dominateurs, mais finalement assez prudents afin de ne pas s’exposer aux contres sochaliens, et des Lionceaux bien en place. Seule une frappe trop centrée de Blas, et boxée par Mehdi Jeannin, en début de match permettait aux spectateurs de ressentir un semblant de frisson (10e) au cours de ces quarante-cinq premières minutes.

La deuxième période étant du même acabit, cette rencontre sans grand rythme se concluait logiquement aux tirs au but. Les Nantais auraient pu enlever la décision à la dernière minute si Osman Bukari, lancé en duel face à Jeannin, avait accroché le cadre au lieu du petit filet (90e).

On en arrivait donc à cette inévitable séance qui récompensait au final la légère domination des Canaris qui seront au rendez-vous des seizièmes de finale début janvier.