Coupe de France: Monaco n’entend rien lâcher à Lyon

L’entraîneur croate de Monaco, Niko Kovac, lors du match de L1 contre le Paris Saint-Germain, le 21 février 2021 au Parc des Princes
Par Christophe BELLEUDI / © 2021 AFP

“Même si je veux faire preuve d’humilité, je vise deux victoires contre Lyon”: Niko Kovac, l’entraîneur de Monaco qui dispute les quarts de finale de la Coupe à Lyon mercredi, ne compte rien laisser à son adversaire, ni en Coupe, ni en championnat où ils retrouveront les Lyonnais le 2 mai en L1.

L’entraîneur croate sait que l’excellente dynamique de son équipe en 2021 (13 victoires, 2 nuls, 1 défaite en L1, et trois qualifications en Coupe) peut se briser à tout moment.

Or, dans le +money-time+ de la saison, il est toujours délicat de rebondir rapidement. Les Monégasques ne veulent pas subir de désagrément et ne lâcheront donc pas la Coupe.

“C’est un match très important, assure le défenseur chilien Guillermo Maripan. On va bientôt les recevoir en L1. Cela nous permettra de nous connaître mieux. On va à Lyon pour gagner, sans calcul.”

“Rester solide”

A Lyon, Monaco souhaite également garder une autre dynamique: la capacité de ce groupe à ne pas encaisser de but ces derniers temps.

“On veut rester une équipe solide, qui ne prend pas de but, poursuit Maripan. Cela aide et donne de la confiance à tous, défenseurs comme attaquants. On a beaucoup progressé défensivement. On veut additionner les +clean-sheets+ jusqu’à la fin de saison.”

Toutes compétitions confondues, Monaco reste sur sept rencontres sans but encaissé. Seul le Strasbourgeois Guilbert, dans le temps additionnel à La Meinau (0-1), est parvenu à battre un gardien monégasque lors des dix derniers matches de l’équipe de la Principauté.

Ce déplacement à Lyon sera aussi l’occasion pour la formation azuréenne d’effectuer un retour sur le lieu d’un acte fondateur. Le 25 octobre dernier, Monaco avait sombré en une mi-temps (4-0). Avant que Kovac ne fasse évoluer son système et que l’équipe ne sauve l’honneur malgré une lourde défaite au final (4-1 pour Lyon).

Depuis, Monaco n’a connu qu’un soubresaut, contre Lens à domicile (0-3). Surtout, l’équipe de la Principauté offre un jeu de qualité.

Sans ambigüité, Kovac lâche: “Même si je veux faire preuve d’humilité, je vise deux victoires contre Lyon”.

“Du bonus”

“Après Bordeaux (3-0, dimanche), j’ai dit que j’étais heureux et fier, précise-t-il. On est qualifié en Europe. Tout ce qui arrive maintenant, c’est du bonus. La pression est sur les autres. On n’a rien à perdre. Mais, comme on est compétiteur, on veut aller chercher plus !”

Car Kovac aime la Coupe. Il reste sur une impressionnante série de 22 qualifications en 23 matches dirigés, depuis ses débuts à Francfort, puis avec le Bayern Munich et Monaco. Soit un bilan de 19/20 en Allemagne (une défaite en finale avec Francfort, contre Dortmund) et de 3/3 en France.

“Gagner est la meilleure des sensations”, sourit-il. Quant à savoir si l’issue de ce match aura un impact sur le duel à venir en L1, il s’interroge. “A Lyon, je vais faire tourner, Garcia aussi. Il a un grand match à gérer contre Lille dimanche”, anticipe-t-il.

En cas de victoire, Lyon passerait en effet devant Lille à la différence de buts. Une occasion unique de s’ouvrir les portes de la Ligue des champions pour les Gones. “On a l’opportunité d’avoir notre destin entre nos pieds”, reconnaît Rudi Garcia, qui jouera une partie de sa saison.

Aussi, l’entraîneur rhodanien a beau assurer vouloir “continuer l’aventure en Coupe” et “tout faire pour nous imposer contre Monaco”, son discours semble moins audible que celui de son homologue croate.