Coupe de France: le PSG veut repartir du bon pied à Vannes, sans Messi

L’attaquant du Paris Saint-Germain Kylian Mbappé célèbre un but contre les amateurs de Feignies-Aulnoye en 16e de finale de la Coupe de France le 19 décembre 2021 à Valenciennes
Par Alexis HONTANG / © 2022 AFP

Sans Lionel Messi, positif au Covid, le Paris SG reprend la compétition lundi (21h10) à Vannes (N2) en 16e de finale de la Coupe de France, mais entre pandémie, Coupe d’Afrique des nations, et retour tardif à l’entraînement, des pièges compliquent son redémarrage.

En bon élève, avec un jour d’avance sur son programme, Kylian Mbappé a retrouvé le 31 décembre le centre d’entraînement du club parisien pour quelques exercices en solo.

Son entrain est une excellente nouvelle pour l’entraîneur Mauricio Pochettino, dont les bons résultats de la première partie de saison doivent beaucoup au champion du monde, qui est à la fois son meilleur buteur et passeur.

Sans l’attaquant vedette, suspendu à Lorient (1-1) le 22 décembre, le PSG a touché les limites de son collectif balbutiant, qui continue d’inquiéter à un mois et demi du 8e de finale aller de Ligue des champions face au Real Madrid, le 15 février.

Mais avec lui sur le terrain, il est difficile d’imaginer voir les doubles tenants du titre perdre pied chez une équipe huitième de son groupe de National 2, l’équivalent de la quatrième division.

Au stade de la Rabine, soumis à la jauge gouvernementale de 5.000 personnes, Paris devrait aligner du beau monde: en plus de Mbappé, sont attendus les internationaux Marco Verratti, Presnel Kimpembe, Georginio Wijnaldum, Nuno Mendes, Keylor Navas ou Gianluigi Donnarumma, qui ont tous repris vendredi.

Des “Titis” prometteurs issus du centre de formation pourraient aussi bénéficier de temps de jeu, comme Xavi Simons, qui a été bon chez les amateurs de l’Entente Feignies-Aulnoye (N3) au tour précédent (3-0), le 19 décembre.

“Pas d’excuses”, prévient Pochettino

Par contre, les curieux venus pour Lionel Messi seront déçus. La “Pulga” argentine a contracté le coronavirus durant ses vacances en famille à Rosario, sa ville natale.

Le cas positif du septuple Ballon d’Or, couplé à celui de trois autres joueurs, dont Juan Bernat, a sonné comme un réveil brutal après une coupure de neuf jours “fondamentale” pour Pochettino.

Le technicien a fait le pari d’un retour tardif pour ce premier match de l’année civile, préparé avec seulement deux entraînements dans les jambes.

“Les joueurs ont respecté leur plan de travail durant leur repos. Pour demain (lundi), on n’aura pas d’excuses. Les joueurs sont préparés pour jouer de la meilleure manière possible”, a expliqué “Poche”.

“J’ai une confiance absolue en mes joueurs pour qu’ils aient la bonne attitude sur le terrain”, a-t-il répété.

En plus de la situation sanitaire délicate qui laisse planer la menace d’un “cluster” au sein du groupe, son staff doit gérer l’absence d’Idrissa Gueye, Abdou Diallo et Achraf Hakimi, convoqués pour disputer la Coupe d’Afrique des nations (9 janvier-6 février) au Cameroun.

Pochettino va ainsi disposer ces prochaines semaines d’une marge de manoeuvre rétrecie. Mais au moment de souffler sa première bougie sur le banc parisien, il est prêt à attendre ce printemps pour déballer les cadeaux.

La Coupe de France, la “plus excitante” des compétitions comme il l’a appelée, fait partie des objectifs à remporter en mai. Cela passe par un redémarrage réussi à Vannes.