Coupe de France: le bonheur d’Icardi, les malheurs de Disasi

L’attaquant du Paris-SG, Kylian Mbappé (d), aux prises avec le défenseur de Monaco, Axel Disasi, lors de la finale de la Coupe de France, au Stade de France, le 19 mai 2021
Par Emmanuel BARRANGUET / © 2021 AFP

La finale de la Coupe de France a basculé sur un instant, quand une énorme erreur d’Axel Disasi a offert le premier but à Mauro Icardi, buteur ultra-réaliste du Paris Saint-Germain, et laissé les larmes à Monaco (2-0), mercredi à Saint-Denis.

Disasi, un geste a suffit

Le soir de la réouverture des terrasses de bars, Axel Disasi a trinqué… Son erreur a précipité la chute du Rocher.

Son contrôle raté sur une passe de son gardien Radoslaw Majecki a profité à Kylian Mbappé, qui a de suite servi Mauro Icardi.

Disasi en est tombé à genoux, la tête dans les mains, avant de mordre son maillot de dépit.

Il a été consolé par ses coéquipiers, notamment le jeune gardien polonais ou Aurélien Tchouameni.

Mais le joueur d’origine congolaise a semblé accuser le coup. Un quart d’heure plus tard il se faisait chiper le ballon facilement (36e).

Placé au centre d’une défense à trois, il s’est repris ensuite, à l’image d’un dégagement salvateur (55e) face aux attaquants parisiens.

Mais le colosse de 1,90 m traverse une mauvaise semaine, il avait marqué contre son camp dimanche à Rennes, mais cette fois sans empêcher son équipe de gagner (2-1).

Pourtant, à 23 ans, le joueur dispute une bonne saison, un peu froissée par ce geste malheureux, accompli à quelques kilomètres de Gonesse, où il est né.

Arrivé de Reims cet été, l’ancien du Paris FC a tapé dans l’œil de Niko Kovac, son entraîneur, qui l’a nommé vice-capitaine à l’automne et lui a même prédit un destin en Bleu.

Las, Disasi a été remplacé à un quart d’heure de la fin par Benoît Badiashile (73e). Inconsolable.

Icardi, juste un but

Icardi, buteur minimaliste, fait penser à la fameuse phrase de Fabio Capello sur David Trezeguet: “Il ne sert à rien, sauf à marquer des buts”.

Dans la surface, sa terrasse de bistrot à lui, l’Argentin n’a vidé qu’un ballon, mais cela a suffit pour faire la fête.

Efficace dans les finales, Icardi avait ouvert le score au Trophée des champions, où il avait lancé la victoire contre l’Olympique de Marseille (2-1).

Dans son rôle de guetteur indien à l’affût, l’Argentin saute sur les ballons qu’on lui donne.

Alors il ne faut pas faire à un goleador des offrandes comme celle de Disasi… L’Argentin l’a fait fructifier d’un plat du pied confortable.

Sinon, on n’a guère vu Icardi avec le ballon, même s’il rôdait autour de la surface.

Ce but décisif, comme celui du Trophée des champions, redore un peu sa saison, mais le bilan reste assez terne.

L’ex-pupille de la Masia, au FC Barcelone, n’a marqué que 7 buts en Ligue 1 cette saison et aucun en Ligue des champions, c’est peu pour un joueur dont la coûteuse option d’achat à 50 millions d’euros a été levée l’été dernier.

C’est finalement en Coupe de France qu’il a le plus brillé: un but contre Lille (3-0) en 8e et un triplé contre Angers (5-0) en quarts avant cette finale.

Avec ce 33e but, il rejoint Blaise Matuidi au classement des buteurs historiques du PSG.

Icardi a aussi été plusieurs fois écarté par des blessures. Mais l’énergie, la puissance et la participation au jeu de son concurrent, Moise Kean, ont plus marqué les rétines cette saison.

L’Italien a remplacé Icardi (79e) six minutes après le remplacement de Disasi, et deux minutes avant le but du K.-O. de Mbappé (81e). Les deux rôles principaux du match venaient de quitter la scène.