Coupe de France: Gusto sort du bois avec Lyon

Le jeune défenseur lyonnais Malo Gusto à l’échauffement avant le coup d’envoi du match contre Paris au Parc OL, le 21 mars 2021
Par Francois-Jean TIXIER / © 2021 AFP

Titulaire avec Lyon ces derniers temps, le jeune défenseur latéral Malo Gusto prend ses marques malgré les défauts liés à sa jeunesse, au point de devenir un concurrent très sérieux à Léo Dubois avant d’affronter le Paris FC vendredi en Coupe de France (21h00).

Avant cette rencontre des 32es de finale au stade Charléty, Gusto (18 ans) semble avoir changé de dimension à Lyon.

D’autant plus dans un système avec trois défenseurs et deux pistons qui convient plus aux caractéristiques physiques du jeune latéral qu’à celles de Dubois (27 ans), malgré son statut de capitaine de l’OL et d’international français (13 sélections).

Vendredi soir, l’entraîneur néerlandais Peter Bosz devrait confirmer son 3-5-2 adopté depuis deux matches, à Bordeaux (2-2) et Lille (0-0).

Dans cette logique, Malo Gusto, qui est né à Décines-Charpieu à deux pas du stade de l’OL et a débuté à Villefontaine (Isère) avant d’être détecté à l’âge de 14 ans par l’OL quand il jouait à Bourgoin-Jallieu, a toutes les chances de débuter de nouveau.

C’est sa dimension athlétique et ses qualités techniques qui avaient, alors qu’il jouait en U17, incité les responsables du centre de formation, à reconvertir ce milieu de terrain en défenseur latéral, a confié à l’AFP Jean-François Vulliez, directeur de l’Académie de l’Olympique lyonnais.

Erreurs pardonnées

International chez les U19, Gusto a débuté en Ligue 1 le 24 janvier 2021, quelques minutes dans le derby à Saint-Etienne (5-0) sous la direction de Rudi Garcia.

Depuis, il trace sa route sous les conseils de Peter Bosz, enclin à lui pardonner ses erreurs de jeunesse comme sur le penalty litigieux concédé à Neymar contre le Paris SG (défaite 2-1) ou encore les deux buts concédés par Lyon contre Bordeaux (2-2) sur lesquels il est malheureusement impliqué.

“Il n’a que 18 ans”, ne cesse de souligner Bosz qui aime récompenser l’investissement aux entraînements.

“C’est la chance que m’a donné l’entraîneur de pouvoir jouer depuis le début de saison. J’essaie de la saisir du mieux possible. Je me donne à fond, en cherchant à progresser afin de pouvoir jouer encore plus”, a-t-il dit, jeudi à l’occasion de sa première conférence de presse.

“Jouer sans calculer mes efforts, mettre beaucoup d’intensité dans mes courses a toujours été mon modèle de jeu. C’est ma force, je continue ainsi”, a-t-il encore confié reconnaissant ressentir “un peu d’appréhension de pression”, qu’il essaie “d’oublier une fois sur le terrain”.

A l’écoute de Boateng

Mais le jeune est aussi à l’écoute de Jérôme Boateng (33 ans), champion du monde 2014 avec l’Allemagne et ancien du Bayern Munich, qu’il tient en haute estime.

“C’est un grand joueur dont il faut écouter les conseils et ça m’aide au quotidien. C’est un plaisir, un honneur d’évoluer aux côtés d’un tel joueur. Il parle beaucoup aux jeunes et cela nous aide au plan défensif, sur le placement, sur les choix à faire sur le terrain”, témoigne Malo Gusto.

Ce dernier a d’ailleurs une bonne connexion technique avec l’Allemand qui sert beaucoup son jeune coéquipier durant les matches en phase offensive.

“On le travaille à l’entraînement. Surtout dans le nouveau système mis en place, il est important de pouvoir faire des courses, des appels pour recevoir les bons ballons de Jérôme”, détaille encore le défenseur.

Vendredi, Malo Gusto va aborder une nouvelle épreuve dans sa très jeune carrière contre le Paris FC, 4e en Ligue 2. “C’est une grande compétition et nous sommes bien concentrés depuis le début de la semaine pour obtenir la qualification et se remettre en confiance, surtout pour la suite”, conclut-il, alors que Lyon, seulement 13e de L1 et ébranlé par le départ annoncé de son directeur sportif Juninho, a grand besoin de se relancer sportivement.