Coupe de France: à Rumilly-Vallières, Mathieu Guillaud est “Monsieur Coupe”

Le milieu de Rumilly-Vallières, Mathieu Guillaud (c), célèbre la victoire en quart de finale de la Coupe de France contre Toulouse, à Annecy, le 20 avril 2021
Par Francois-Jean TIXIER / © 2021 AFP

Ayant déjà atteint les quarts avec Chambéry (2011), Mathieu Guillaud vit une nouvelle épopée en Coupe de France avec Rumilly-Vallières, modeste club de National 2 qui reçoit Monaco jeudi en demi-finale (21h15) et rêve du Stade de France malgré l’absence de public cette année.

Avec Chambéry, club de National 3 à l’époque (5e div.), le milieu de terrain avait été éliminé par Angers (L2) en quarts de finale devant 15.000 personnes massées au stade des Alpes de Grenoble (3-0), au terme d’un parcours au cours duquel il peut se targuer d’avoir déjà battu Monaco (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.) en 32es de finale.

Kinésithérapeute de profession, il a aussi joué dans les divisions nationales amateures à Saint-Priest, Evian-Thonon-Gaillard (réserve), Annecy et Cluses-Scionzier, d’où il est arrivé l’été dernier.

“Il y autant d’engouement autour de notre équipe mais nous ne ressentons pas la même communion avec les gens. Ça fait bizarre, car nous sommes quand même allés plus loin dans l’épreuve cette saison”, confie Guillaud, 31 ans.

“On voit des photos, des vidéos mais les gens ne sont pas présents aux entraînements comme cela pouvait être le cas avec Chambéry. Le partage n’est pas le même. En championnat, à l’époque, il y avait beaucoup de monde au stade pour nous encourager, des haies d’honneur pour saluer notre parcours après les matches”, se souvient-il, empreint d’émotion sur “cet aspect magique de la Coupe”.

Tableau de chasse

La performance de l’équipe chambérienne, entraînée par David Guion, aujourd’hui à Reims, pouvait s’ancrer dans les mémoires avec trois clubs de Ligue 1 à son tableau de chasse. Outre Monaco, Chambéry avait aussi sorti Brest et Sochaux, chaque fois dans un stade plein de 5.000 supporters, un véritable chaudron.

“Sans public, la pression reste la même. Dès que l’échauffement commence, elle redescend néanmoins. Il n’y a pas de bruit. On peut rester dans sa bulle plus facilement”, rapporte Mathieu Guillaud, qui fait aujourd’hui partager son expérience à ses partenaires. Et notamment sur la gestion de l’émotion.

“Je leur dis qu’il faut trouver un juste milieu, que l’écart n’est pas aussi important qu’on le croit et que tout reste réalisable”, rapporte-t-il.

Avant Chambéry, Mathieu Guillaud a aussi connu la joie d’un parcours en coupe Gambardella, chez les juniors.

C’était en 2008 avec Echirolles, où il a été formé, éliminant en 32es de finale Montpellier (2-0), avec notamment Rémy Cabella et Younes Belhanda, avant de perdre en 8e contre Lyon (3-0) où figuraient Maxime Gonalons, Jérémy Pied ou Yohan Court qui ont aussi fait carrière.

“Quand on est jeune, c’est la Coupe du monde. C’était nos premiers matches avec autant de public: 1.500 spectateurs dans les tribunes avec une réelle effervescence. On ne parlait que de cela au lycée. Le foot, c’est au coeur de la vie quand on est jeune”, témoigne-t-il, heureux de revivre ça avec Rumilly-Vallières.

Lévêque, lauréat en 2014

Après avoir éliminé, dans l’ordre, Limonest (N3), Saint-Priest (N2), Prix-les-Mézières (N3), Annecy (N1), Le Puy (N2) et Toulouse (L2), le GFA Rumilly-Vallières s’apprête donc à recevoir Monaco, 3e de Ligue 1.

“Nous savions que nous ne serions pas déçus du tirage avec PSG, Montpellier ou l’ASM mais nous affrontons l’équipe la plus en forme du moment. Tout est beau et on sait que ce sera difficile. Nos chances sont infimes mais au coup d’envoi, il y a toujours 0-0”, souligne-t-il.

Mais au sein de l’équipe, Mathieu Guillaud n’est pas seul à pouvoir partager son vécu en Coupe.

Le défenseur Dorian Lévêque (31 ans), lui aussi arrivé au club cette saison, dispute de son côté sa seconde demi-finale après celle remportée en 2014 avec Guingamp (L1) contre Monaco (3-1 ap). Guingamp avait même réalisé l’exploit de remporter l’épreuve après avoir renversé en finale Rennes, pourtant grand favori (2-0).