Coupe de France: à l’OM, dernière étape de l’opération apaisement

L’entraîneur intérimaire de l’OM Nasser Larguet lors d’un match contre Lyon, le 28 février 2021 au Vélodrome
Par Stanislas TOUCHOT / © 2021 AFP

Changement d’ambiance en vue à l’OM: dimanche à Perpignan, les Provençaux affrontent Canet-en-Roussillon (N2) en 16e de finale de la Coupe de France, dernier match de l’intérim tranquille assuré par Nasser Larguet avant la prise de fonction de l’explosif Jorge Sampaoli.

. Larguet passe la main

Nasser Larguet était l’homme du calme, de l’apaisement. Au milieu de la tempête force 10 traversée par l’OM en févrierattaque de la Commanderie, démission-mise à pied d’André Villas-Boas, changement de président, visite express du propriétaire Frank McCourtchacune des prises de parole de l’entraineur par intérim, voix douce et sourire serein, aura été une parenthèse de normalité bienvenue.

Auprès des joueurs aussi, l’intermède Larguet a été apprécié, même si le calme retrouvé ne peut pas tout à fait masquer des résultats sportifs qui restent insuffisants avec sept points seulement en sept matches de Ligue 1.

“Un peu de calme, c’est bon pour l’équipe, pour être concentrés sur le terrain. On a été perturbés, moi moins que d’autres, mais c’est normal”, a expliqué vendredi le défenseur Alvaro Gonzalez à propos de cette période de transition.

“Ce sont trois mois qui ont semblé deux ans”, a ajouté l’Espagnol, invité à expliquer comment l’OM avait pu passer de potentiel leader en décembre à un club en morceaux à la sortie de l’hiver.

“En un mois ici, il se passe beaucoup de choses. Il y a eu beaucoup d’évènements, beaucoup de choses ont été changées. Mais elles sont positives pour l’équipe et pour le futur. On passe à autre chose”, a assuré Alvaro.

“Je veux remercier Nasser qui a travaillé dans une période difficile, il a fait des choses bien”, a ajouté l’Espagnol.

. Objectif Coupe

Alors qu’ils ne peuvent probablement pas espérer mieux que la 5e place en championnat, les Marseillais savent que la Coupe est une belle opportunité de sauver une saison qui a trop vite fini dans le décor.

“La Coupe, c’est très, très important. Si on peut jouer encore une finale comme le Trophée des Champions… Je pense que Sampaoli pense la même chose, l’objectif c’est la finale”, a assuré Alvaro vendredi.

Le match de dimanche à Perpignan est en effet le dernier sas avant le vrai début de l’ère Jorge Sampaoli, arrivé mardi à Marseille et qui respecte comme prévu une période d’isolement de sept jours dans un hôtel du centre-ville.

Il en profite pour étudier les derniers matches de sa nouvelle équipe et il ne lui aura pas échappé que l’OM marque très peu et n’est que très rarement dangereux.

“Ca sera probablement l’objectif prioritaire du prochain entraineur, retrouver des repères offensifs”, a reconnu Larguet vendredi. “La Coupe est une priorité pour nous, notamment parce que sur ce match, on peut retrouver de la confiance collective et offensive”.

Le directeur du centre de formation, qui a relevé que le calendrier à venir des Olympiens en championnat était “intéressant”, aimerait aussi finir sur une bonne note. “Si je pars sur une qualification, alors il y aura le sentiment du devoir accompli, avec une conclusion positive”, a-t-il dit.

. Place à Sampaoli

En coulisses, les bouleversements continuent, avec la mise à pied de Thierry Aldebert, ancien responsable de la sécurité devenu chargé de l’exploitation du stade, révélée vendredi par L’Equipe, ou l’incertitude autour de l’avenir d’Hugues Ouvrard, “Head of Football” nommé par Jacques-Henri Eyraud et détesté par les supporters.

Mais dès mercredi, avec un match en retard contre Rennes au Vélodrome, les supporters vont pouvoir se pencher sur le travail de Sampaoli. Passionné, excessif, bouillonnant, le tacticien argentin est attendu par Marseille avec curiosité et enthousiasme.

“J’ai envie de commencer avec Sampaoli. Il a du caractère, je le connais un peu via Séville et j’ai vu beaucoup de matches du Chili. Ca va être positif pour l’équipe”, a assuré Alvaro.

“La qualité, on l’a. Moi un peu moins, mais on a des joueurs qui en ont beaucoup”, a aussi souri l’Espagnol. “Ce que peut amener Sampaoli, c’est l’envie, l’intensité, le caractère. Avec la qualité en plus, on peut finir bien”.