L’entraĂ®neur de Guangzhou Evergrande Fabio Cannavaro suit le match contre Hebei China Fortune en Super Ligue de Chine, le 27 novembre 2019 Ă  Langfang
/ © 2019 AFP

Quelques semaines après avoir frĂ´lĂ© le licenciement et Ă©tĂ© publiquement critiquĂ© par sa direction, Fabio Cannavaro a menĂ© le club du Guangzhou Evergrande, qu’il entraĂ®ne, Ă  son huitième titre de champion de Chine, dimanche.

Les joueurs d’Evergrande, qui n’avaient besoin que d’un match nul pour s’assurer le titre, ont fini la saison en beautĂ© avec une victoire 3-0 face au Shanghai Shenhua. Le club remporte ainsi son huitième titre national après les sept trophĂ©es consĂ©cutifs obtenus entre 2011 et 2017.

Cette victoire de Guangzhou prive le Beijing Guoan, entraĂ®nĂ© par l’ancien coach de Lyon Bruno Genesio, du titre. Bien que vainqueurs 3-2 de leur dernier match de la saison face au Shandong Luneng, les joueurs de Genesio finissent deuxièmes du championnat.

Ce premier titre dans la carrière d’entraĂ®neur de Fabio Cannavaro survient quelques semaines seulement après que le Ballon d’or 2006 a Ă©tĂ© publiquement critiquĂ© par la direction du club pour sa “faible capacitĂ© Ă  corriger ses erreurs”.

L’entraĂ®neur italien avait auparavant dĂ» suivre, fin octobre, une “formation Ă  la culture d’entreprise”, et avait Ă©tĂ© remplacĂ© sur le banc par le capitaine de l’Ă©quipe, Zheng Zhi.

Cannavaro avait finalement Ă©tĂ© maintenu Ă  son poste, et les joueurs ont enchaĂ®nĂ© trois victoires lors des trois derniers matchs de l’annĂ©e pour arracher le titre.