C4: Milik, grand attaquant et petit problème avant OM-Qarabag

L’attaquant de l’OM Arkadiusz Milik après un but contre Angers, le 4 février 2022 au Vélodrome
Par Stanislas TOUCHOT / © 2022 AFP

Dimanche à Metz, Arkadiusz Milik a marqué un but superbe puis expliqué ne pas toujours comprendre les choix de l’entraîneur Jorge Sampaoli: alors que Marseille reçoit jeudi Qarabag en Ligue Europa Conférence (21h00), le statut de l’attaquant polonais reste source d’interrogations et de crispation.

L’OM est un club suffisamment inflammable pour ne pas avoir à inventer des crises là où il n’y en a pas. Bien installé à la deuxième place du championnat de France, ambitieux dans cette toute nouvelle Ligue Europa Conférence (C4), Marseille se porte bien un an après l’arrivée de Sampaoli sur ce qui était alors une terre brûlée.

Mais en une petite phrase lâchée dimanche après le difficile succès arraché à Metz (2-1), Milik est donc venu rappeler qu’à l’OM plus qu’ailleurs, l’équilibre est toujours instable. “Il y a des choses que je ne comprends pas, mais je fais mon travail”, a simplement déclaré le Polonais.

Ce que Milik ne comprend pas, c’est de ne pas avoir été titularisé en Lorraine alors qu’il avait réussi un triplé la semaine précédente contre Angers (5-2).

Statut supposé

Revenu tardivement de blessure, au mois d’octobre, l’ancien avant-centre de Naples a peiné à retrouver son meilleur niveau et ses performances n’ont pas toujours plaidé pour lui. Sampaoli de son côté a souvent privilégié un système sans avant-centre.

Surtout, comme il l’a montré avec Steve Mandanda, qui pourrait toutefois être relancé jeudi contre Qarabag, il ne s’embarrasse pas du statut supposé des uns et des autres.

“On avait notre plan de jeu, on avait décidé de passer sur les côtés, on a pensé que l’adversaire demandait cela”, a-t-il ainsi déclaré dimanche pour justifier les titularisations de Bamba Dieng et Cédric Bakambu à Metz.

“Ce que Milik n’a pas compris, il faut le lui demander. Les joueurs que je qualifierais d’importants, comme Milik, ont cette capacité de décider du match mais ce qui me préoccupe, c’est l’OM, pas le cas d’un joueur. Je suis content parce qu’il y a des gens à Marseille qui sont contents qu’on ait gagné”, a-t-il ajouté, avant tout de même, de reconnaître que son avant-centre avait inscrit “un but exceptionnel”.

“L’instinct du buteur”

Dans une équipe qui marque peu et au sein de laquelle Dimitri Payet est actuellement un peu moins décisif, Sampaoli peut de toutes façons difficilement se passer de Milik, auteur depuis son arrivée à l’OM de 24 buts en 39 matches ou bouts de matches.

Après le coup de sifflet final à Metz, sans doute au courant de la déclaration de leur coéquipier, plusieurs joueurs de l’OM ont d’ailleurs salué la performance de Milik.

Bakambu a parlé de “top but”, alors que Mattéo Guendouzi a évoqué “un grand professionnel” à la “bonne mentalité” et “un grand attaquant”, soit ce que l’OM a longtemps cherché en vain avant l’arrivée du Polonais.

Grand ancien de la maison olympienne et autre vrai N.9, Djibril Cissé a lui aussi pris la défense de Milik. “L’instinct du buteur ne se perd pas comme ça. +Arek+ Milik est un attaquant de classe mondiale. A bon entendeur salut”, a tweeté l’ex-avant-centre de l’OM et Liverpool.

Si la température est un peu montée à Marseille et sur les réseaux sociaux, c’est que la déclaration de Milik intervient aussi quelques jours après celles d’Alvaro Gonzalez, qui a fait part de son mal-être dans une interview au quotidien espagnol AS, guère appréciée en interne.

Mais le défenseur espagnol ne joue jamais. Milik, lui, joue et marque, même s’il est mécontent et voudrait jouer plus. On a connu de plus gros problèmes à l’OM.