C3: trop poussif et brouillon, Arsenal est sorti par Villarreal

Le capitaine Pierre-Emerick Aubameyang et Arsenal ont été tenus en échec par Villarreal en demi-finale retour de la Ligue Europa, le 6 mai 2021 à Londres
/ © 2021 AFP

Villarreal s’est qualifié jeudi pour la finale de la Ligue Europa en conservant (0-0) l’avantage pris à l’aller jeudi sur la pelouse d’Arsenal, peu inspiré dans le jeu et en manque de tranchant devant les cages.

Les Gunners risquent de revoir défiler dans leur tête les images du poteau trouvé par Pierre-Emerick Aubameyang à un peu plus de dix minutes de la fin.

Sur une remontée de balle rapide sur le flanc droit, Hector Bellerin avait adressé un centre et le Gabonais s’était élevé plus haut que deux adversaires pour reprendre le ballon d’une tête piquée qui a été repoussée par le montant droit de Geronimo Rulli (79e).

Aubameyang avait déjà vu une volée fouettée de l’extérieur du droit toucher l’extérieur du poteau en première période (39e).

Mais Mikel Arteta a eu beau se prendre la tête à deux mains, le résultat final reflète assez bien la prestation de son équipe qui a tardé à se montrer vraiment pressante.

Les Londoniens, 9e en championnat et distancés dans la course à l’Europe, savaient pourtant qu’ils n’avaient plus que ce match pour sauver leur saison et peut-être le poste de leur entraîneur.

Ils sont montés en puissance au fil du match, mais les Espagnols, emmenés par l’ancien entraîneur des Gunners, Unai Emery, n’ont eu qu’à conserver leur sang-froid et leur discipline défensive pour contrer les assauts désordonnés.

Comme beaucoup trop souvent cette saison, mais aussi les précédentes, Arsenal a ronronné, mais jamais griffé.

Pendant presque une heure, les meilleures occasions ont même été pour les jaunes, par une frappe de Samuel Chukwueze bien détournée pour Bernd Leno (5e), qui avait aussi bien bloqué une frappe un peu écrasée de Gerald Moreno (53e).

Cette défaite signifie avec une quasi-certitude qu’Arsenal ne jouera pas l’Europe la saison prochaine pour la première fois depuis 1995/1996.

Un état de fait qui pourrait avoir des conséquences sérieuses sur le train de vie du club pour la saison à venir, un peu moins de trois semaines après avoir tenté de s’inviter dans la Super Ligue dissidente qui lui aurait garanti une place perpétuelle dans une compétition européenne avec d’autres riches clubs européens.

Le sort de Mikel Arteta, ancien capitaine du club et adjoint de Pep Guardiola à City, est aussi clairement dans la balance.

Les progrès depuis son arrivée il y a dix-neuf mois n’ont rien d’évident.

Et la faillite des cadres, comme Aubameyang, dont la saison a été très médiocre après avoir prolongé avec un juteux contrat à la clé, n’est pas sans rappeler la trajectoire de Mesut Özil qui avait progressivement disparu de radars après être devenu l’un des joueurs les mieux payés de la Premier League.