C3: le Sévillan Diego Carlos, penaud puis héros

Le défenseur brésilien de Séville, Diego Carlos (g), marque sur un retourné le 3e but de son équipe en finale de la Ligue Europa face à l’Inter Milan, à Cologne, le 21 août 2020
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2020 AFP

Diego Carlos s’est fait pardonner: coupable sur le penalty de l’ouverture du score de l’Inter Milan, le défenseur Diego Carlos est devenu le héros de la sixième finale de Ligue Europa remportée par Séville, inscrivant le but du 3-2 d’un magnifique retourné acrobatique.

Quel mental ! Après sa grosse erreur dès le début de match (5e) qui a offert un penalty à Romelu Lukaku, le Brésilien (27 ans) aurait pu sombrer. Mais il a relevé la tête avec ce geste digne des plus grands attaquants (74e).

“Je remercie mon équipe, on s’est tous battus ensemble. Je suis très heureux. Un titre, un but, ma femme enceinte, j’ai tout pour être heureux”, a confié en larmes le Brésilien après le coup de sifflet final, au micro de la chaîne espagnole Movistar+. “C’est un titre très important pour le club”, a-t-il insisté.

La technique et le grain de folie brésiliens: l’ancien Nantais, arrivé l’été dernier en Andalousie pour cinq ans et 15 millions d’euros a résumé en une action tout le joueur qu’il est. Un défenseur très athlétique, capable des actions les plus extraordinaires… dans son camp comme dans la surface adverse.

Et il a tellement tout donné sur le terrain, vendredi soir, qu’il a dû céder sa place à Nemanja Gudelj à la 86e, et sortir du terrain en boitant.

Diego CarlosKoundé, duo parfait

En une saison en Andalousie, le solide défenseur, auteur de fautes très viriles en demi-finale contre Manchester United, a séduit tout le monde par sa vitesse, sa rigueur dans le placement, son sens du dévouement et… un jeu pas dénué de rugosité.

Formé au Brésil avant de rejoindre le club portugais d’Estoril, Diego Carlos a ensuite fait un passage à Porto (23 matches en 2014-2015), avant de rallier Nantes et la Ligue 1, entre 2016 et 2019, puis l’Espagne.

Très costaud (79 kg pour 1,86 m), le Brésilien a été, tout au long de la saison, l’alter ego parfait du jeune défenseur central Jules Koundé (21 ans), débarqué de Bordeaux pour 25 millions d’euros à l’été 2019 (recrue la plus chère de l’histoire du club), en même temps que Diego Carlos.

A deux, Diego Carlos et Koundé ont formé une des charnières centrales les plus étanches et les plus cotées d’Europe, que ce soit en Liga ou dans les compétitions européennes.

Dans une symbiose parfaite, Koundé a même rattrapé la bévue de Diego Carlos, quand ce dernier a laissé passer le ballon entre ses jambes pour une des plus belles occasions d’égaliser pour l’Inter en fin de rencontre.

Capable du meilleur comme du pire, voilà le résumé de Diego Carlos, qui a trouvé des ressources après sa bourde en début de match sur Lukaku, pour prendre sa revanche sur l’international belge lors de sa bicyclette, déviée par l’attaquant nerazzurro.

Tout est pardonné

Ce but somptueux fera le tour du monde, comme en janvier 2018 une image moins flatteuse de Diego Carlos avait parcouru la planète: alors qu’il jouait avec Nantes, l’arbitre d’un match contre Paris (1-0), Tony Chapron, l’avait taclé en pleine course puis expulsé, après avoir trébuché à son contact.

“Je n’ai pas compris sur le moment ce qui s’est passé”, avait alors soupiré le jeune défenseur central, victime malgré lui de cette rocambolesque scène. Son carton rouge avait néanmoins été annulé par la suite.

Connu pour figurer régulièrement très haut dans la liste des joueurs les plus sanctionnés des championnats par lesquels il est passé, Diego Carlos a cette fois fait le spectacle de la bonne manière. Et tous ses défauts sont pardonnés.