C3: gagner et faire tourner, Lille connaît la recette

Jonathan Ikone (G) célèbre un but avec ses coéquipiers Burak Yilmaz et Yusuf Yazici contre le Sparta Prague en Ligue Europa, le 22 octobre 2020 à Prague
Par Nicolas BLASQUEZ / © 2020 AFP

Continuer à gagner tout en faisant tourner l’effectif: opposé au Celtic de Glasgow jeudi (18h55) en Ligue Europa, Lille veut appliquer à nouveau la recette qui a fonctionné au Slavia Prague (4-1), déterminante pour espérer se qualifier.

En République tchèque, pour son entrée en lice, le Losc a mis fin à une terrible série de 17 rencontres européennes consécutives sans succès. Mais les Dogues ne comptent pas s’arrêter là.

Au sein d’un groupe H dense, qui compte également l’AC Milan, vainqueur en Ecosse (3-1) la semaine dernière, l’équipe entraînée par Christophe Galtier veut faire le plein de points et de confiance, avant d’aller défier l’inusable Zlatan Ibrahimovic en Lombardie.

Co-leader de Ligue 1 avec le Paris SG, qui le devance à la différence de buts, Lille est toujours invaincu cette saison et aborde sereinement la rencontre face aux Ecossais.

Comme à Prague, où il avait effectué cinq changements dans son onze de départ, Galtier devrait donner du temps de jeu à des joueurs qui n’ont pas eu beaucoup l’opportunité de se montrer jusque-là.

“C’est important que tout le monde puisse exister et s’exprimer dans la dynamique de groupe. Il faut concerner tout le monde. Je ne fais pas tourner, je n’aime pas du tout ce terme, et il est important que les joueurs qui jouent soient performants”, a récemment expliqué le technicien nordiste.

Face au Sparta, cette politique a plutôt bien réussi aux Dogues puisque le Turc Yusuf Yazici, habituel remplaçant, avait inscrit un triplé, tandis que Jonathan Ikoné, qui était sur le banc depuis quelques rencontres, a également marqué.

Yilmaz en forme

“La réussite du Losc appartient à un groupe de 20-22 joueurs, pas à un 11. Il faut développer cet esprit. Je sais que j’ai de la qualité dans le groupe, il faut que ce collectif prenne à bras le corps tout ce qui se présente à lui”, avait insisté Galtier.

L’attaquant Jonathan David, recruté pour 27 millions d’euros cet été mais qui est à la peine depuis le début de la saison, a perdu sa place de titulaire dimanche à Nice (1-1) mais pourrait la retrouver jeudi dans une compétition qu’il affectionne (7 buts en 17 rencontres avec la Gantoise).

Son compère en attaque, l’expérimenté Turc Burak Yilmaz (35 ans), est lui en pleine forme et semble avoir retrouvé son meilleur niveau après un début d’exercice difficile.

Le capitaine de la Turquie a en effet inscrit un but lors de chacun des quatre derniers matches du Losc en Ligue 1, contribuant grandement à la bonne série lilloise actuelle. Sa puissance pourrait être très utile face à la physique équipe écossaise

Le Celtic, lui, arrive fragilisé dans le Nord car il traverse une mauvaise passe. Rejoint dans les dernières minutes dimanche en championnat à Aberdeen (3-3), il n’a pas réussi à rebondir après deux revers à domicile face à l’AC Milan (1-3) et surtout face à l’ennemi juré, les Glasgow Rangers (0-2).

Eliminé à domicile au 2e tour préliminaire de Ligue des champions par les modestes Hongrois de Ferencvaros (2-1), le Celtic est déjà au pied du mur et doit décrocher un résultat positif à Lille sous peine de voir son futur européen s’assombrir.

Jonathan Ikone (G) célèbre un but avec ses coéquipiers Burak Yilmaz et Yusuf Yazici contre le Sparta Prague en Ligue Europa, le 22 octobre 2020 à Prague
Par Nicolas BLASQUEZ / © 2020 AFP

Continuer à gagner tout en faisant tourner l’effectif: opposé au Celtic de Glasgow jeudi (18h55) en Ligue Europa, Lille veut appliquer à nouveau la recette qui a fonctionné au Slavia Prague (4-1), déterminante pour espérer se qualifier.

En République tchèque, pour son entrée en lice, le Losc a mis fin à une terrible série de 17 rencontres européennes consécutives sans succès. Mais les Dogues ne comptent pas s’arrêter là.

Au sein d’un groupe H dense, qui compte également l’AC Milan, vainqueur en Ecosse (3-1) la semaine dernière, l’équipe entraînée par Christophe Galtier veut faire le plein de points et de confiance, avant d’aller défier l’inusable Zlatan Ibrahimovic en Lombardie.

Co-leader de Ligue 1 avec le Paris SG, qui le devance à la différence de buts, Lille est toujours invaincu cette saison et aborde sereinement la rencontre face aux Ecossais.

Comme à Prague, où il avait effectué cinq changements dans son onze de départ, Galtier devrait donner du temps de jeu à des joueurs qui n’ont pas eu beaucoup l’opportunité de se montrer jusque-là.

“C’est important que tout le monde puisse exister et s’exprimer dans la dynamique de groupe. Il faut concerner tout le monde. Je ne fais pas tourner, je n’aime pas du tout ce terme, et il est important que les joueurs qui jouent soient performants”, a récemment expliqué le technicien nordiste.

Face au Sparta, cette politique a plutôt bien réussi aux Dogues puisque le Turc Yusuf Yazici, habituel remplaçant, avait inscrit un triplé, tandis que Jonathan Ikoné, qui était sur le banc depuis quelques rencontres, a également marqué.

Yilmaz en forme

“La réussite du Losc appartient à un groupe de 20-22 joueurs, pas à un 11. Il faut développer cet esprit. Je sais que j’ai de la qualité dans le groupe, il faut que ce collectif prenne à bras le corps tout ce qui se présente à lui”, avait insisté Galtier.

L’attaquant Jonathan David, recruté pour 27 millions d’euros cet été mais qui est à la peine depuis le début de la saison, a perdu sa place de titulaire dimanche à Nice (1-1) mais pourrait la retrouver jeudi dans une compétition qu’il affectionne (7 buts en 17 rencontres avec la Gantoise).

Son compère en attaque, l’expérimenté Turc Burak Yilmaz (35 ans), est lui en pleine forme et semble avoir retrouvé son meilleur niveau après un début d’exercice difficile.

Le capitaine de la Turquie a en effet inscrit un but lors de chacun des quatre derniers matches du Losc en Ligue 1, contribuant grandement à la bonne série lilloise actuelle. Sa puissance pourrait être très utile face à la physique équipe écossaise

Le Celtic, lui, arrive fragilisé dans le Nord car il traverse une mauvaise passe. Rejoint dans les dernières minutes dimanche en championnat à Aberdeen (3-3), il n’a pas réussi à rebondir après deux revers à domicile face à l’AC Milan (1-3) et surtout face à l’ennemi juré, les Glasgow Rangers (0-2).

Eliminé à domicile au 2e tour préliminaire de Ligue des champions par les modestes Hongrois de Ferencvaros (2-1), le Celtic est déjà au pied du mur et doit décrocher un résultat positif à Lille sous peine de voir son futur européen s’assombrir.