C3: Aubameyang contre Osimhen, deux pointes pour le choc Barça-Naples

Le joueur de football gabonais de l’équipe de Barcelone Pierre-Emerick Aubameyang lors du match de championnat d’Espagne contre le RCD Espanyol au stade Cornella de Llobregat le 13 février 2022.
Par Anthony LUCAS, Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2022 AFP

Tous deux ont manqué la Coupe d’Afrique des nations en janvier mais espèrent rebondir sur la scène européenne: les attaquants Pierre-Emerick Aubameyang et Victor Osimhen ont une revanche à prendre jeudi (18h45) en Ligue Europa dans l’alléchant barrage aller entre Barcelone et Naples.

Dans cette double confrontation dont le vainqueur se qualifiera pour les huitièmes, la responsabilité est immense sur les épaules des deux avant-centres.

Osimhen, incertain, doit prouver qu’il est bien la référence offensive de Naples, tandis qu’Aubameyang, arrivé en janvier, espère mener le club catalan, plutôt habitué à jouer les premiers rôles en Ligue des champions, vers le sacre en Ligue Europa, une compétition que le Barça retrouve 18 ans après.

Mais “Auba” a encore tout à prouver à Barcelone.

Le Gabonais souffre pour l’heure de la comparaison avec les deux autres recrues offensives de l’hiver, en provenance de Premier League (Ferran Torres de Manchester City et Adama Traoré de Wolverhampton). Torres compte un but et deux passes décisives sur ses cinq premiers matches et Adama Traoré, intenable sur son aile droite, a déjà distribué deux passes décisives en deux rencontres avec le Barça, son club formateur.

“Envie de venir”

Aubameyang, lui, ne s’est pas encore distingué. Snobé par Mikel Arteta avant son départ d’Arsenal et positif au Covid-19 avant le début de la CAN (il avait dû quitter la sélection gabonaise en raison de “lésions cardiaques” dues au coronavirus), le véloce avant-centre n’a disputé que 30 minutes à chacune de ses deux premières entrées en Liga.

Malgré tout, ce grand amoureux de l’Espagne en général et de Madrid en particulier, dont la famille est originaire d’Avila (nord-ouest de Madrid), a vite séduit les supporters en se faisant introniser socio (supporter-actionnaire) du Barça lors de sa présentation.

Transféré dans les dernières heures du mercato au Barça, avec qui il est sous contrat jusqu’en juin 2025 avec une clause libératoire de 100 millions d’euros, Aubameyang a également reçu les remerciements du président Joan Laporta, qui a salué “les efforts financiers” consentis par le joueur.

“Il avait besoin de quelques sessions d’entraînement pour retrouver une bonne dyanmique, mais désormais il est à 100% et on le verra jouer demain (jeudi), c’est sûr”, a promis Xavi mercredi en conférence de presse.

Osimhen, “potentiel infini”

Rien de moins sûr pour Osimhen, qui n’a pas pris part à l’entraînement collectif du Napoli mercredi, par précaution, en raison d’un genou droit enflé.

“Rien de musculaire, on l’a laissé au repos et on évaluera la situation demain (jeudi)”, a indiqué l’entraîneur Luciano Spalletti au sujet du Nigérian, qui a fait le voyage avec le reste de l’équipe.

Osimhen aussi a dû renoncer à la CAN avec le Nigeria, en raison de multiples fractures au visage dans un choc aérien, en novembre, ce qui a nécessité une opération et l’oblige à porter un masque de protection.

Mais après près deux mois d’interruption, l’avant-centre de 23 ans a retrouvé le rythme, avec notamment un but dès sa première titularisation post-blessure, le 6 février. D’un coup de tête, l’attaquant arrivé de Lille pour 75 M EUR à l’été 2020 a montré qu’il revenait sans appréhension.

Le Nigérian, dont la première saison italienne avait déjà été perturbée par une longue absence (luxation de l’épaule), a été de nouveau décisif le week-end dernier dans le choc au sommet contre l’Inter Milan (1-1), en obtenant un penalty.

“Il a un potentiel infini. Parfois il se déconnecte un peu de l’équipe, il part seul à l’assaut de trois ou quatre adversaires, mais il apprend”, a souligné samedi Spalletti au sujet du longiligne Osimhen. Son envergure (1,85 m) est précieuse au sein d’une attaque dont la taille n’est pas le point fort.

On attend sans doute davantage d’efficacité de sa part en championnat (6 buts en 15 matches) mais, en Ligue Europa, il a frappé quatre fois en trois apparitions.