C1: Vlahovic ne suffit pas à la Juve, accrochée à Villarreal

Les joueurs de la Juventus à la fête sur le but de Dusan Vlahovic contre Villarreal au stade de La Ceramica, le 22 février 2022
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2022 AFP

Malgré un but express de son prodige Dusan Vlahovic, la Juventus Turin a été accrochée 1-1 à Villarreal mardi 8e de finale aller de Ligue des champions, et devra se battre à domicile le 16 mars pour confirmer son ticket pour les quarts.

Trente-trois secondes de jeu ! C’est tout ce qu’il a fallu à l’attaquant serbe de 22 ans pour ouvrir son compteur de buts en C1 lors de son premier match dans la reine des compétitions européennes, un exploit terni en deuxième période par l’erreur de marquage d’Adrien Rabiot, qui a oublié Dani Parejo, auteur du but de l’égalisation après un service parfait d’Etienne Capoue (66e).

Et avec cette égalisation, c’est toute l’inspiration de Vlahovic qui a perdu de sa valeur. Sur le premier ballon touché par les Bianconeri, Danilo a lancé en profondeur le jeune Serbe, qui a enchaîné un contrôle de la poitrine et une frappe croisée du droit qui est venue effleurer le poteau droit de Geronimo Rulli avant d’entrer dans la cage.

Un but qui a affolé les statisticiens. Ce n’est pas le but le plus rapide de toute l’histoire de la C1 (marqué par Roy Makaay après 10 secondes et 12 centièmes en 2006-2007), mais le 2e but le plus rapide de l’histoire pour un joueur qui effectuait ses premiers pas dans la compétition, après celui marqué par Yevhen Konoplyanka avec Séville le 15 septembre 2015 contre le Borussia Mönchengladbach (il avait inscrit le but du 3-0 19 secondes après son entrée en jeu à la 83e).

Paradoxalement, c’est juste après avoir encaissé le premier but que Villarreal, vainqueur en titre de la Ligue Europa, a eu les meilleures occasions de revenir au score, avec une reprise manquée par Giovani Lo Celso qui a heurté l’arête de la cage (13e), et une autre d’Arnaut Danjuma, stoppée par Wojciech Szczesny (16e).

Mais après la pause, Massimiliano Allegri a choisi de lancer Leonardo Bonucci à la place d’Alex Sandro (46e), et a demandé à ses joueurs de se retrancher dans leur camp… un choix résolument défensif qui a fini par se retourner contre lui au moment de l’égalisation, provoquée par l’erreur de marquage de Rabiot.

Le milieu de terrain international français s’en est d’ailleurs bien sorti avec un simple carton jaune, huit minutes plus tard (74e), après une lourde semelle sur l’intérieur du genou gauche de Samu Chukwueze qui aurait pu faire des dégâts.

Un troisième nul 1-1 (après ceux contre l’Atalanta et le Torino en Serie A) qui n’arrange pas les affaires des Bianconeri: la Juve devra plutôt s’inspirer de sa première période pour valider son ticket pour les quarts chez elle le 16 mars. Mais son principal motif d’espoir s’appelle Dusan Vlahovic.