L’attaquant uruguayen du FC Barcelone Luis Suarez lors du match de Ligue des champions face Ă  l’Inter Milan au Camp Nou de Barcelone le 2 octobre 2019.
/ © 2019 AFP

C’Ă©tait une anecdote, c’est devenu une malĂ©diction: cela fait quatre ans que Luis Suarez ne marque plus Ă  l’extĂ©rieur en Ligue des champions, un malĂ©fice qu’il doit enfin dissiper mercredi sur le terrain du Slavia Prague pour la 3e journĂ©e de C1 (21h00/19h00 GMT).

On parle pourtant d’un finisseur d’exception, auteur samedi Ă  Eibar (3-0) de son 184e but en 256 matches officiels avec le Barça pour Ă©galer Josep Samitier comme quatrième meilleur buteur de l’histoire du club.

Mais loin du Camp Nou, le “Pistolero” tire Ă  blanc: son dernier but Ă  l’extĂ©rieur en C1 remonte Ă  septembre 2015 contre l’AS Rome, soit environ 30 heures de jeu consĂ©cutives sans marquer!

Evidemment, l’Uruguayen n’est pas restĂ© les bras ballants pendant tout ce temps. On se rappelle que sa tĂŞte Ă  Old Trafford avait Ă©tĂ© Ă  l’origine du but contre son camp de Luke Shaw en quarts contre Manchester United (1-0) la saison dernière.

Mais pas de quoi satisfaire l’avant-centre, dont le sĂ©jour au Barça est marquĂ© depuis 2014 par ce genre d’inexplicables disettes.

“Quand on est numĂ©ro 9, on essaie toujours d’aider l’Ă©quipe avec des buts et des passes dĂ©cisives. Parfois, cela ne marche pas mais bon, j’ai l’habitude de toujours travailler et de ne pas baisser les bras dans les moments difficiles”, a-t-il dit dĂ©but octobre après son somptueux doublĂ© contre l’Inter Milan (2-1).

Au moins, ce dĂ©placement Ă  Prague intervient dans une pĂ©riode faste pour le grand ami de Lionel Messi: revenu d’une blessure Ă  un mollet qui a perturbĂ© son dĂ©but de saison, l’Uruguayen (32 ans) a inscrit sept buts en neuf matches officiels avec le Barça cette saison, dont cinq sur les quatre dernières rencontres.

Automatismes avec Griezmann

De quoi donner raison Ă  l’entraĂ®neur Ernesto Valverde, qui le dĂ©fend mordicus et apprĂ©cie son sens du sacrifice dans l’Ă©tau des dĂ©fenses.

“C’est un poison continuel pour l’adversaire et on ne sait jamais quand il peut surgir. Sa persĂ©vĂ©rance fait de lui une assurance tout risque”, dĂ©clarait le technicien en dĂ©but d’annĂ©e.

“Je me suis bien rendu compte que Luis Suarez donne beaucoup de grain Ă  moudre en confĂ©rence de presse”, avait aussi ironisĂ© Valverde. “Tout le monde pose constamment des questions sur lui. S’il marque, pourquoi marque-t-il ? Et s’il ne marque pas, pourquoi ne marque-t-il pas ?”

La bonne nouvelle, pour l’entraĂ®neur blaugrana, c’est que Suarez et Messi commencent Ă  dĂ©velopper des automatismes avec le Français Antoine Griezmann, formant un trio “GSM” qui a parfaitement combinĂ© samedi Ă  Eibar avec un but chacun.

“Les grands joueurs finissent toujours par s’entendre et se trouver”, a savourĂ© Valverde. “Au fil des matches, ils vont s’entendre de mieux en mieux, ce n’est qu’une question de temps.”

Est-ce l’antidote attendu au mutisme de Suarez ? Le dĂ©placement Ă  Prague, contre une Ă©quipe du Slavia (1 pt) qui est considĂ©rĂ©e comme la plus abordable du groupe F, est en tout cas une bonne opportunitĂ© pour le Barça (4 pts) de prendre seul la tĂŞte de la poule aux dĂ©pens de Dortmund (4 pts), opposĂ© pour sa part Ă  l’Inter (1 pt).

Quant Ă  cet Ă©trange malĂ©fice, il est grand temps pour Luis Suarez d’y mettre fin.