Le coach argentin de Tottenham Mauricio Pochettino au milieu de ses joueurs Ă  l’entraĂ®nement le 21 octobre 2019 Ă  Londres
Par Frédéric HAPPE / © 2019 AFP

Finaliste de la Ligue des champions l’an passĂ© après avoir pris un point sur les trois premiers matches de poule, Tottenham est dans une position Ă  peine moins inconfortable avant de recevoir mardi l’Étoile Rouge de Belgrade pour la 3e journĂ©e du groupe B.

Au soir du 24 octobre 2018, après un nul (2-2) concĂ©dĂ© Ă  trois minutes de la fin contre le PSV Eindhoven et qui faisait suite Ă  deux dĂ©faites Ă  Milan contre l’Inter (2-1) et Ă  domicile contre Barcelone (4-2), les Spurs semblaient au bord du gouffre en C1.

“C’est presque fini” pour nous, avait admis, comme rĂ©signĂ©, Mauricio Pochettino après ce match.

Et pourtant, sept mois et une semaine plus tard, son Ă©quipe avait dĂ©fiĂ© Liverpool en finale de la compĂ©tition après un parcours Ă©pique, semĂ© de morceaux de bravoure comme le but de la qualification en 8es marquĂ© par Lucas Moura au Camp Nou Ă  5 minutes de la fin ou les qualifications au buts marquĂ©s Ă  l’extĂ©rieur lors des matches retour, avec la dĂ©faite 4-3 Ă  Manchester City en quart et la victoire Ă  Amsterdam 3-2 en demie.

Hormis un huitième de finale maĂ®trisĂ© contre Dortmund (3-0, 1-0), rien n’a jamais Ă©tĂ© simple pour Tottenham dans cette compĂ©tition qui l’a fait changer de dimension, ou du moins qui a fait exploser les attentes Ă  son Ă©gard, ce que le club semble avoir du mal Ă  digĂ©rer.

“Nous savons les efforts que cela demande de sortir des poules en Ligue des champions. Mais il faut y croire et se battre ensemble”, a jugĂ© lors de la confĂ©rence de presse d’avant-match Harry Kane, capitaine en remplacement d’Hugo Lloris, blessĂ©.

“C’est important de gagner demain (mardi) pour ĂŞtre dans une bonne position au classement. En ce moment, nous sommes notre pire adversaire et nous devons reprendre confiance”, a estimĂ© de son cĂ´tĂ© Mauricio Pochettino, dont la formation a pour le moment concĂ©dĂ© le nul en Grèce chez l’Olympiakos (2-2), avant de craquer Ă  domicile dans les grandes largeurs contre le Bayern Munich (7-2).

Un club malade

L’an dernier Ă  cette Ă©poque, Tottenham avait au moins quelques certitudes en championnat.

Quatre succès consĂ©cutifs l’avaient menĂ© au 5e rang de Premier League, Ă  Ă©galitĂ© de points (21) avec Chelsea et Arsenal et Ă  2 points seulement des deux co-leaders, Manchester City et Liverpool.

Un coup d’oeil au classement actuel7e avec 12 points, soit 5 de retard sur le podium, ce qui n’est pas rĂ©dhibitoirepourrait laisser penser que la situation n’est pas si diffĂ©rente.

Mais il y a en fait un monde entre les Spurs de l’an dernier et ceux d’aujourd’hui.

Avec une seule victoire sur leur 7 derniers matches et quelques expĂ©riences traumatisantes comme le 7-2 que leur a infligĂ© le Bayern Munich dans leur stade au tout dĂ©but du mois ou la grave blessure de leur gardien et capitaine Hugo Lloris au bras, qui l’Ă©loignera des terrains au moins jusqu’au dĂ©but 2020, Tottenham est un club malade.

Au point de presque se rĂ©jouir du nul arrachĂ© samedi en toute fin de match (1-1) contre la lanterne rouge Watford, qui avait rapidement ouvert le score (6e) et s’est vu refuser un penalty Ă©vident en fin de première pĂ©riode.

“On s’est battu, on a pris des risques et on a Ă©tĂ© rĂ©compensĂ©s par ce but (…) Dans ce type de situation, le plus important est le caractère qu’on montre”, a rĂ©sumĂ© samedi Pochettino.

Il en faudra bien davantage dès mardi contre les Serbes de l’Etoile Rouge. Et encore plus après, car c’est un dĂ©placement Ă  Liverpool, leader invaincu mĂŞme s’il a cĂ©dĂ© ses premiers points dimanche face Ă  Manchester United (1-1), qui se profile pour les Londoniens.