C1: Rennes veut quitter l’Europe la tête haute

Les joueurs rennais à l’entraînement, le 7 décembre 2020 à La Piverdière
Par Fanny CARRIER / © 2020 AFP

Sèchement éliminé en Europe et en pleine déconfiture en championnat, Rennes reçoit Séville mardi (21h00) pour son dernier match de Ligue des champions, sans autre enjeu que de sauver l’honneur, ou au moins retrouver un peu de confiance.

Rennes a “la chance et l’honneur” de jouer parmi l’élite européenne même si cette première dans l’histoire du club a été un apprentissage douloureux, a expliqué l’entraîneur Julien Stéphan. Pas question donc de “galvauder” le dernier match d’une compétition dont “on ne sait pas quand et si on la retrouvera”.

“C’est une question de prestige. C’est la Ligue des champions, on est fiers de la jouer”, a ajouté son capitaine Damien Da Silva. “Il nous reste un match, on veut bien finir, et ça nous ferait du bien de gagner un match”.

Toutes compétitions confondues, Rennes n’a plus gagné depuis octobre et a enregistré sept défaites sur ses dix derniers matches. Avec presque toujours le même match, où les Rennais font vivre le ballon mais restent impuissants en attaque et se font punir à la moindre occasion adverse.

Même en Ligue des champions, les Rennais ont déployé du jeu et il n’y a qu’à Séville qu’ils ont été nettement dominés, s’inclinant 1-0 après avoir essuyé les vagues offensives adverses.

Cette fois-ci, l’enjeu n’est plus du tout le même pour les Andalous, assurés de terminer à la 2e place du groupe E.

“Déficit de confiance”

Même s’ils pourraient avoir eux aussi envie de se remonter le moral après la gifle infligée par Chelsea et Olivier Giroud (4-0), auteur d’un quadruplé, puis la défaite face au Real Madrid (1-0) samedi en Liga, les Sévillans ont comme Rennes un match de championnat à préparer le week-end prochain, qui semble beaucoup plus important que le galop d’essai de mardi soir.

Reste à savoir si l’entraîneur Julen Lopetegui fera tourner en vue du choc prévu samedi contre la rugueuse équipe de Getafe, avec l’objectif de tenter de se rapprocher du podium. Et si Stéphan donnera du temps de jeu à certains cadres en manque d’assurance.

“Les joueurs ont de la volonté mais on a un déficit de confiance”, a expliqué le technicien breton. “Les qualités n’ont pas disparu, il faut simplement redonner de la confiance à tout le monde.”

Stéphan a aussi assuré à RMC avoir reçu le soutien des dirigeants et actionnaires du club: “Il y a une grande solidarité de la part de tout le monde pour rester soudés dans cette période et puis surtout pour trouver les solutions afin de nous en sortir”. Pour cela, l’équipe partira trois jours en stage avant le prochain match de championnat dimanche à Nice.

L’an dernier, Stéphan avait aligné une équipe expérimentale et lancé plusieurs jeunes lors du dernier match de Ligue Europa, là aussi sans enjeu pour des Bretons déjà éliminés.

Le match, plutôt plaisant, s’était soldé par une victoire rennaise 2-0 contre la Lazio Rome, grâce à un doublé du défenseur central Joris Gnagnon, formé à Rennes et alors prêté… par Séville.

Mais malgré un passage à vide à l’automne, Rennes avait alors déjà retrouvé son élan et pointait à la 4e place au classement.

Quant à Gnagnon, en manque de forme, il n’est plus apparu en compétition depuis son retour à Séville et ne sera pas de la partie mardi dans un Roazhon Park à huis clos. Ce n’était pas le contexte ni l’épilogue rêvé par les Rennais pour leur découverte de la grande Europe…