C1: Rennes frustré par Krasnodar pour ses débuts en Ligue des champions

L’attaquant du Stade Rennais, Sehrou Guirassy, buteur sur penalty lors du match de groupes de la Ligue des champions face à Krasnodar, à Rennes, le 20 octobre 2020
/ © 2020 AFP

Le Stade Rennais, néophyte en Ligue des champions, a fait bonne figure pour ses grands débuts mais s’est heurté à d’autres bizuths: les Russes de Krasnodar (1-1), accrocheurs mardi au Roazhon Park malgré la ferveur de près de 5.000 spectateurs.

Un penalty de Serhou Guirassy (55e) a donné de l’espoir aux Bretons mais Cristian Ramirez l’a douché immédiatement d’une frappe limpide en lucarne (59e).

Ce match à domicile et contre l’équipe a priori la moins redoutable du groupe E semblait pourtant la marche la plus à la portée des Rennais. Et ils devront se montrer plus réalistes la semaine prochaine sur le terrain du Séville FC, avec entretemps la réception d’Angers vendredi en L1.

C’est comme ça qu’on apprend, sans doute: après quelques minutes animées marquées par une certaine fébrilité de part et d’autre, les Rennais ont pris l’initiative du jeu et ont tenté d’imposer leur rythme mais se sont heurtés à un bloc russe bien en place et capable de se projeter rapidement en attaque malgré l’absence du milieu offensif français Rémy Cabella, testé positif au Covid-19.

Malgré un marquage serré, Eduardo Camavinga a tenté de mettre de l’animation, d’abord avec une accélération et un centre pour la tête de Benjamin Bourigeaud, sans soucis pour Matvei Safonov (4e), puis avec deux puissantes frappes à la limite de la surface, que le gardien russe a pu dévier à chaque fois en corner (25e et 33e).

Mais ce sont les Russes qui se sont créé les occasions les plus sérieuses, en particulier sur une combinaison de Smolnikov, lancé côté droit par Olsson, qui a servi son capitaine Marcus Berg: son tir a été sauvé sur la ligne par le capitaine rennais Damien Da Silva (31e).

A 30 cm de la ligne

Le gardien des Rouge et Noir, Alfred Gomis, semblait battu. Arrivé blessé de Dijon il y a trois semaines, il faisait ses débuts sous le maillot rennais et n’a pas démérité.

Contrairement à leur habitude ces derniers matches, les Rennais n’ont pas connu de baisse de régime en début de seconde période, avec d’abord une frappe de Hamari Traoré passé tout près du but (49e), tout comme un coup franc de Bourigeaud (50e).

Et Martin Terrier, fauché dans la surface après avoir remonté une balle récupérée par Serhou Guirassy en milieu de terrain, a obtenu un penalty. Si Safonov avait arrêté un penalty en barrages contre le PAOK Salonique, il n’a rien pu faire sur le tir de Guirassy (1-0, 55e).

Mais les Russes ont très vite égalisé grâce à Christian Ramirez: servi à l’entrée de la surface, l’ailier équatorien a réussi à se retourner pour dégainer une frappe puissante en pleine lucarne (1-1, 59e).

L’entrée à l’heure de jeu du jeune Jérémy Doku, le joueur le plus cher de l’histoire de Rennes, a apporté un peu de percutant sur l’aile gauche, mais pas suffisamment. Ses bonnes combinaisons avec Steven Nzonzi ont abouti à une frappe ratée du métronome rennais (65e) et à une autre sans souci pour Safonov de la pépite belge (68e).

Sous les encouragements d’un public de plus en plus bruyant compte tenu de la capacité des Rennais à emballer les fins de matches, Flavien Tait, entré à la 69e minute, a eu deux belles occasions (71e et 87e), et Safonov s’est couché sur un tir d’Adrien Hunou (89e). Guirassy, servi par un centre de Doku remis de la tête par Terrier, a manqué le but de la victoire à 30 cm de la ligne (90+5).