C1: Real Madrid, après le fiasco, le chantier de “Carletto”

L’entraîneur italien du Real Madrid Carlo Ancelotti pendant le match du premier tour de Ligue des Champions entre le Real Madrid et le Sheriff Tiraspol, remporté par le club moldave 2-1 au stade Santiago Bernabeu à Madrid, le 28 septembre 2021
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2021 AFP

La déroute historique en Ligue des champions à domicile face au modeste Sheriff Tiraspol (2-1), mardi, a exhumé les pires défauts de ce Real Madrid tourmenté et a permis à Carlo Ancelotti, revenu cet été sur le banc merengue, de mesurer l’ampleur du chantier.

L’histoire prête aux plus ardentes métaphores épiques et aux plus audacieux jeux de mots: le Sheriff Tiraspol, Petit Poucet et dernier invité de cette campagne européenne, a fait tomber l’ogre Real Madrid et ses treize couronnes continentales, chez lui, sur la pelouse du mythique Santiago-Bernabeu.

La presse espagnole s’en est donné à cœur joie mercredi, jouant avec le nom original de ce modeste club de Transdniestrie, enclave séparatiste pro-russe qui a fait sécession de la Moldavie en 1991.

“Arrêtés par le Sheriff”, a titré le quotidien sportif catalan Mundo Deportivo. “Le Sheriff impose sa loi” face à “un Real qui a péché par excès de confiance”, a affiché le journal madrilène As.

“Le Real peut commencer à chercher où se trouve la Transdniestrie sur la carte”, s’est pour sa part amusé le journal sportif en catalan L’Esportiu à sa une, mercredi.

Les médias catalans préfèrent en rire. Mais les supporters madrilènes se sont réveillés avec un féroce mal de tête ce mercredi.

Soucis latéraux

Après un début de saison idyllique, ponctué par une place de leader en Liga et un succès bienheureux sur la pelouse de l’Inter Milan (1-0) en ouverture de la C1, cette première défaite de la saison vient mettre un brutal coup de frein au départ canon de Carlo Ancelotti à la “Maison blanche”.

“C’est difficile d’expliquer cette défaite vu le match qu’on a joué”, a confié le technicien italien mardi soir en conférence de presse, quelque peu hébété après avoir essuyé sa première déroute depuis son retour à Madrid.

“Le Sheriff a bien défendu, retranché derrière. Nous, on a bien combiné, on a réussi à casser leur rideau, on a fait beaucoup de centres… mais ce que l’on n’a pas fait de bien, ce sont les petits détails”, a-t-il soufflé.

La désillusion, aussi profonde soit-elle, a le mérite de mettre en lumière les principaux défauts de ce Real Madrid fâché avec la Ligue des champions depuis trois saisons.

“Ancelotti a tout tenté avec les latéraux, mais ne trouve pas la solution à son point faible le plus criant”, a pointé le journal Marca mercredi.

Pour la 4e fois en 4 matches, Ancelotti a lancé une nouvelle paire de latéraux mardi, avec Nacho et Miguel Gutierrez. Après l’égalisation (64e), Carletto a effectué quatre changements qui ont fini par désorganiser la base arrière de son équipe. Le Real a par exemple terminé la partie avec Eduardo Camavinga comme arrière gauche.

Malédiction du Bernabeu

Et le manque de réalisme, occulté par la pluie de buts du début de saison (21 sur les 6 premiers matches de championnat), a ressurgi : les Madrilènes ont tenté 31 frappes, dont 11 cadrées… mais aucune n’a transpercé l’infranchissable mur du gardien grec du Sheriff, Georgios Athanasiadis.

Eden Hazard toujours pas au niveau, Luka Jovic en crise de confiance permanente… Ancelotti ne pourra pas compter toute la saison sur les coups de reins inspirés mais rares de Vinicius ou sur les chef-d’oeuvres de Karim Benzema.

Et dans tout cela, la malédiction du Bernabeu continue en Ligue des champions: la “Maison blanche”, le club le plus titré en C1, ne compte qu’une victoire sur ses sept derniers matches de Ligue des champions disputés dans son enceinte, où des clubs comme le CSKA Moscou, l’Ajax Amsterdam ou encore Bruges ont réussi à arracher des points ces dernières années.

Pour le volcanique rédacteur en chef du journal As Tomas Roncero, ce revers est un “choc total”, “inexplicable”. “Une défaite historique dont il faudra se relever, mais qui doit servir de leçon d’humilité”.