C1: on saura dans “5 à 10 ans” si le PSG est un grand club, estime Coman

L’ailier français du Bayern Munich, Kingsley Coman, lors de la demi-finale de la Ligue des champions face à Lyon, à Lisbonne, le 19 août 2020
/ © 2020 AFP

Kingsley Coman, l’ailier français du Bayern Munich formé au Paris SG, estime qu’il est trop tôt pour ranger le club parisien dans la catégorie des très grands clubs européens.

“Il est encore trop tôt pour le dire”, a répondu l’ancien Parisien à la question de savoir si le PSG était devenu un grand d’Europe.

“Ils ont fait un très beau parcours cette année, ils sont en finale et c’est mérité, mais je pense que c’est sur cinq ou dix ans que l’on juge vraiment un grand club”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse en ligne jeudi depuis Lisbonne, à trois jours de la finale de Ligue des champions Bayern-PSG.

L’ailier français a par ailleurs estimé que son coach Hansi Flick avait joué un rôle majeur dans le parcours exceptionnel du Bayern cette saison.

En prenant la suite de Niko Kovac limogé en novembre, l’entraîneur allemand a changé “la manière de défendre”, a expliqué Coman. “Avant, on encaissait beaucoup de buts, mais une fois qu’il a réglé ce problème ça a été beaucoup mieux.”

“Quand vous gagnez plusieurs matches par un gros score, ça donne confiance. On surfe sur cette vague de confiance et on va continuer”, a-t-il poursuivi.

Blessé peu avant le 8e de finale retour contre Chelsea (4-1), Coman a été absent du groupe pour ce match, et a joué ensuite moins de trente minutes en fin de partie lors du quart contre Barcelone (8-2) et de la demie contre Lyon (3-0).

“Si je peux tenir 90 minutes en finale? C’est une bonne question, a-t-il reconnu, je me sens bien physiquement mais c’est vrai que ça fait quelques mois que je n’ai pas joué 90 minutes (depuis le 16 juin contre Brême ndlr).”

A la question de savoir pourquoi les joueurs du Bayern ont célébré si sobrement leur qualification pour la finale, alors que le PSG s’est adonné à des célébrations euphoriques, Coman a répondu: “Nous sommes très déterminés à gagner cette compétition, on était super contents après le match, comme après le quart, mais on a déjà fait plusieurs demi-finales, et dans mon cas une finale (entré en jeu une minute avec la Juve en 2015 contre le FC Barcelone, défaite 3-1). On sait que c’est la finale qui compte, et on va préparer la vraie célébration pour la finale si on la gagne.”