C1: Monaco, imprécis et battu par le Shakhtar, devra réaliser un exploit en Ukraine

L’attaquant brésilien de Donetsk, Perdinho, fête son but inscrit à Monaco en barrage aller de la Ligue des champions, le 17 août à Monaco
Par Christophe BELLEUDI / © 2021 AFP

Malgré une très forte domination en deuxième mi-temps, Monaco, trop timoré en début de match, s’est incliné à domicile face au Shakhtar Donetsk (1-0), mardi soir en barrages aller de la Ligue des champions.

Les Monégasques savent désormais ce qu’ils doivent faire pour disputer la C1. Il leur faudra aller gagner à Kharkiv le 25 août. Par un but d’écart pour disputer des prolongations, voire une séance de tirs au but. Par deux buts d’écart au moins, pour passer directement.

Les jeunes Monégasques devront réaliser en Ukraine ce qu’ils ne sont pas parvenus à faire au Stade Louis-II: marquer.

Pourtant, devant leur président Dmitri Rybolovlev, ils ont eu quelques opportunités de le faire, notamment en deuxième période, par la recrue néerlandaise Myron Boadu, dont la frappe a été déviée sur son poteau par le très bon et très jeune gardien ukrainien Anatolii Trubin, 20 ans.

Mais Monaco était alors déjà mené au score. La faute à un début de match mal maîtrisé, certainement à une méconnaissance du niveau d’engagement que nécessite la Ligue des champions.

-Pedrinho trop facile-

A l’image de Sidibé (3e) ou Volland (5e), Les Monégasques ont eu la volonté, très rapidement, de jouer vers l’avant pour chercher à l’attaquant le plus proche des buts adverses. Mais à chaque fois, l’arrière-garde brésilienne a géré.

D’ailleurs, les hommes de Roberto De Zerbi, l’ancien coach de Sassuolo, ont progressivement mis la main sur le match. La première frappe est venue du capitaine Matviyenko à la suite d’un une-deux avec l’avant-centre burkinabé Lassina Traoré, 20 ans et transfuge de l’Ajax Amsterdam (7e).

Radoslaw Majecki, qui a dû remplacer Alexander Nübel au dernier moment, s’est bien interposé. Il l’a encore fait sur la tentative de l’Israélien Manor Solomon au terme d’une série de dribbles (18e).

En revanche, le Polonais n’a pas été en mesure de s’opposer à Pedrinho, 23 ans, transfuge, lui, du Benfica Lisbonne. Dans la surface monégasque, le Brésilien du Shakhtar s’est joué de Benoît Badiashile pour marquer du plat du pied droit son deuxième but de la saison (0-1, 19e).

Les joueurs de Kovac se sont enfin révoltés. Alors qu’auparavant, seule une maigre frappe d’Aleksandr Golovin était à noter (16e), la suite a été plus prolifique.

Souvent les Monégasques n’ont pas été assez précis. Tour à tour, Badiashile de la tête (23e), Kevin Volland, également de la tête (26e), Youssouf Fofana (28e) et Wissam Ben Yedder, à la suite d’un centre en retrait de Djibril Sidibé (34e), n’ont pas cadré.

-Boadu sur le poteau-

Pour autant, Trubin a aussi montré ses qualités. Sur l’enchaînement de Ben Yedder d’abord (26e), puis, parfaitement, la lointaine frappe à ras-de-terre d’Aurélien Tchouameni (44e).

Malgré une fin de période volontaire, les hommes de Kovac ont manqué de maîtrise technique pour revenir. C’est pourquoi, le technicien croate a lancé Jean Lucas à la place de Fofana (46e).

Mais Trubin a encore été excellent sur sa ligne devant Golovin (48e) et Ben Yedder (57e), avant qu’il ne sorte, remplacé par Myron Boadu (67e).

Sofiane Diop et Krépin Diatta, autres armes offensives, ont aussi été lancées en même temps. Monaco a alors poussé fort et dominé avec force. Et Trubin s’est encore interposé pour dévier sur son poteau la frappe enroulée de Boadu (82e)

Monaco n’a pas renversé la situation. Il faudra désormais un exploit à Kharkiv pour passer.