C1: Monaco déjà sous pression avant sa quête de Ligue des champions

Les Monégasques Youssouf Fofana (g) et Axel Diasi, après le match nul (1-1), concédé à domicile contre Nantes, lors de la 1ère journée de L1, le 6 août 2021 au Stade Louis II
Par Christophe BELLEUDI / © 2021 AFP

Monaco, auteur d’un début de Championnat raté avec un point en deux matches, est déjà sous pression au moment de jouer une partie importante de sa saison lors de la réception du Shakhtar Donetsk, en barrage aller de Ligue des champions mardi (21h00).

. Rodage difficile pour les recrues

Monaco a investi de façon ciblée mais onéreuse cette saison sur le marché des transferts. Plus de 35 millions d’euros ont été dépensés pour s’attacher les services de l’Allemand de Cologne Ismail Jakobs (6,5 millions), du Brésilien de Lyon Jean Lucas (12 millions), et du Néerlandais d’Alkmaar Myron Boadu (17 millions).

En grande difficulté à Lorient vendredi dernier où il a été dépassé sur le plan défensif, le premier est bien loin du niveau affiché par le Brésilien Caio Henrique dès son recrutement la saison dernière.

Si les débuts de Lucas en L1 ont, eux, été corrects, il n’a pas encore eu de réel impact sur le jeu monégasque. Quant à Boadu, titulaire contre Nantes et Lorient, il a été soit maladroit, dans le meilleur des cas, soit invisible, comme en Bretagne.

A ces éléments, il faut ajouter le gardien Alexander Nübel, qui jouera l’aller et le retour de ces barrages. En effet, Benjamin Lecomte, victime d’un claquage à une cuisse lors du premier match de préparation début juillet, ne fait pas partie de la liste de joueurs fournie par le club à l’UEFA.

Pourtant, l’Allemand de 24 ans, présenté comme le successeur de Manuel Neuer outre-Rhin et dont le jeu au pied a été vanté, a été fébrile à chacune de ses quatre sorties. Mais, même s’il ne s’est pas entraîné ce lundi, il garde la confiance absolue du staff.

. Démarrage au ralenti pour les cadres

Aux dires du staff, la préparation a été très bonne. Niko Kovac estime que ses troupes sont “en excellente condition physique”.

Certes, il existe des disparités entre les joueurs arrivés tardivement, comme Wissam Ben Yedder, Kevin Volland et Guillermo Maripan, et ceux présents depuis le début. Mais le staff l’avait prévu.

Or, excepté Aurélien Tchouameni, voire Gelson Martins, ils sont peu, parmi les cadres de la saison dernière, à porter l’équipe.

Sur le plan défensif, le vice-capitaine Axel Disasi ne parvient pas à toujours sécuriser l’arrière-garde, ni à sonner la révolte quand l’équipe doit réagir. Djibril Sidibé, Youssouf Fofana ou encore Aleksandr Golovin ne sont, eux non plus, pas encore au niveau de la saison dernière.

. Statut nouveau à assumer

Monaco va disputer mardi soir son cinquième match en 14 jours. Une cadence infernale que Tchouameni ne veut pas évoquer pour expliquer les débuts compliqués de son équipe.

“Fatigués? Non!, répondait-il vendredi à Lorient. Cela ne doit pas être une excuse. On aspire à l’Europe. On va forcément être amenés à jouer tous les trois jours. On doit récupérer mentalement et physiquement pour être performant”.

Fort de sa longue expérience, Cesc Fabregas a aussi prévenu les siens des difficultés à venir. “Quand tu joues tous les trois jours, tu dois être prêt pour jouer et pour gagner, dit-il. L’année dernière était différente. On jouait une fois par semaine. Cette année, le challenge est difficile.”

“Mais ça va venir”, conclut-il. Pour cela, Niko Kovac et son staff ont déjà pensé les évolutions du jeu à venir. Car tout le monde connaît les velléités offensives de Monaco désormais. Son statut a changé… et les équipes n’hésitent pas à proposer un schéma défensif renforcé face à l’ASM.

“Beaucoup d’équipes jouent désormais avec cinq défenseurs en L1, avec l’objectif de bien défendre puis de mener des contre-attaques”, estime Kovac. On va en rencontrer de plus en plus. Il va falloir trouver un meilleur équilibre et les meilleures solutions face à ces murs.”