C1: Messi, des débuts raturés avec le PSG

Lionel Messi avec le Paris SG lors de la 1re journée de la Ligue des champions sur la pelouse du Club Bruges, le 15 septembre 2021
Par Alexis HONTANG / © 2021 AFP

L’histoire de sa première titularisation avec le Paris SG restera à l’état de brouillon: comme son équipe, Lionel Messi a subi les événements à Bruges, mercredi (1-1), en Ligue des champions.

Contrairement à Cristiano Ronaldo, auteur de trois buts lors de ses deux premiers matches avec Manchester United, la “Pulga” n’a pas étiré sur le terrain l’euphorie suscitée par son transfert en août.

Au contraire, son match en Belgique évoque plutôt sa saison 2020/21 loin de ses standards, terminée par une élimination dès les 8es de finale avec le FC Barcelone… contre le PSG.

Du déchet, un carton jaune et la barre transversale: le bilan du N.30 a laissé un goût d’impuissance.

Le spectacle Messi s’est terminé sans avoir vraiment commencé. Après le match, ce sont les joueurs de Bruges qui ont effectué un tour d’honneur, devant un public conquis.

Le PSG rentre en France rempli de questions sur son animation offensive, son milieu de terrain, sa défense permissive…

“On a une équipe très offensive et, parfois, quand tu es une équipe offensive, tu laisses des espaces. C’est la philosophie de notre équipe”, a expliqué Ander Herrera, sur Canal+.

Sauf que le PSG s’est créé trop peu d’occasions, au vu du talent de son trio composé par Messi, Neymar et Kylian Mbappé, alignés ensemble pour la première fois.

Le premier a trouvé le gardien Simon Mignolet sur sa seule frappe cadrée du match (70e).

timide

En première période, son beau tir enroulé avait heurté le coin de la barre transversale de la cage belge (29e).

Pour le spectacle, il fallait zapper sur l’autre match du groupe, entre Manchester City et le RB Leipzig, que les Anglais ont survolé (6-3).

La formation entraînée par Pep Guardiola se rendra dans deux semaines au Parc des Princes, où Messi devra rendre une copie bien meilleure si le PSG ne veut pas vivre un automne compliqué pour se qualifier.

Non loin d’Anvers, la ville des diamantaires, on sait pourtant apprécier un joyau: des applaudissements ont retenti au moment où le speaker a prononcé le nom de Messi, lors de la présentation des équipes.

Bruges allait donc être le théâtre de la première mondiale de la “MNM”, au même titre qu’Amsterdam avait été celui de la “MSN” barcelonaise en C1, en 2014.

Ce soir-là, Messi avait marqué un doublé (2-0) pour sceller son alliance avec Neymar et Luis Suarez qui, sept mois plus tard, aboutissait à la 5e Ligue des champions du club catalan.

Le PSG rêve de réécrire la même histoire. Mais l’entame n’a pas été la même.

La “Pulga” a été timide, au même titre que ses coéquipiers malmenés par des Flamands pas éblouis par les étoiles de l’effectif parisien.

Aligné à droite, alors que Mbappé occupait l’axe et Neymar l’aile gauche, l’Argentin ne s’est pas impliqué dans le jeu autant que les deux autres superstars.

avertissement

Il a bien lancé “Kyky” (23e) mais l’attaquant champion du monde a perdu son duel face à Simon Mignolet.

Pour le reste, les défenseurs belges ont annihilé les rares tentatives de connexion entre Messi et ses coéquipiers, qui s’en sont remis à des exploits individuels pour répondre au collectif belge.

Dans l’exercice, le sextuple Ballon d’Or est un génie, capable de renverser le cours d’un match en une touche de balle. Il a bien essayé, mais sa frappe enroulée de 25 mètres a fini sur la barre transversale de la cage flamande (29e).

La sortie sur blessure de Mbappé (51e) a resserré un peu plus le cadre sur Messi qui a évolué dans l’axe lors de la seconde période, derrière Neymar et Mauro Icardi.

Son repositionnement dans l’entrejeu n’a pas eu l’effet attendu par l’entraîneur Mauricio Pochettino, à court de solutions. Il s’est créé une seule occasion, arrêtée par Mignolet (70e).

Peu après, il a écopé d’un carton jaune pour une faute sur Mats Rits (72e).