C1: Mbappé, Tuchel, Silva, acteurs espérés dans un théâtre vide

Kylian MBappe à Saint-Germain-en-Laye, le 3 mars 2020 au cours d’une session d’entraînement du PSG.
Par Alexis HONTANG / © 2020 AFP

Le Parc des princes sera vide pour cause de coronavirus, mais la pression n’est pas moins importante pour le Paris SG: l’entraîneur Thomas Tuchel joue gros lors du choc européen mercredi contre Dortmund (21h00), à l’instar de Thiago Silva, convalescent, et de Kylian Mbappé, incertain.

Kylian Mbappé, des buts mais une inquiétude

L’absence de Mbappé, malade, aux entraînements de lundi et mardi a jeté un trouble sur sa participation. Les dernières heures avant la rencontre s’annoncent cruciales pour le PSG et l’attaquant, qui ont leurs destins liés sur ce match.

L’entraîneur Tuchel a retrouvé un avant-centre très inspiré ces dernières semaines: avec six buts dans les trois matches qui ont suivi l’aller, dont un triplé à Lyon mercredi dernier, “Kyky” est le Parisien le mieux préparé pour la revanche face au Borussia.

“Il a montré une réaction formidable. Il utilise sa vitesse de façon intelligente. Il est en bonne forme”, a dit de lui son entraîneur dans le Rhône.

Pour le champion du monde (21 ans), c’est aussi une question d’orgueil: il doit répondre face à Erling Haaland (19 ans) qui lui a volé la vedette en Allemagne.

Une défaite, elle, alimenterait à nouveau les rumeurs d’un départ au Real Madrid dès l’été prochain. La promesse de prochains mois tout autant agités.

Tuchel, dernière chance

Il avait connu deux mois très compliqués après l’humiliation subie face à Manchester United (3-1). Un nouvel échec contre le Borussia, au même stade de la compétition, serait très probablement fatal à Tuchel.

Au PSG, équipé pour tout gagner, un bilan se compte en trophées. S’il échoue à nouveau en C1, l’Allemand (trois à ce jour) est assuré de faire moins bien que son prédecceseur Unai Emery (sept) qu’il devait pourtant dépasser dans tous les domaines.

L’ancien entraîneur de Dortmund joue très gros, d’autant que son management a été critiqué après le match aller: échec du 3-4-3 expérimental, gestion à contre-temps de Neymar… Surtout, il n’a pas guéri le club de cette peur qui l’affecte à chaque grand rendez-vous européen.

“On manque un peu de confiance (…), je ne sais pas pourquoi”, avait-il reconnu à Dortmund, comme un aveu d’impuissance.

S’il a prolongé l’été dernier pour une saison supplémentaire, jusqu’en 2021, Tuchel ne bénéficie plus du même climat que l’an dernier. L’arrivée cet été comme directeur sportif de Leonardo a changé la donne en coulisses, et les fritures constatées dernièrement avec Mbappé ont interrogé son autorité.

Un temps abordé par le Bayern Munich pour la saison prochaine, selon la presse, il n’a qu’une seule issue s’il veut rester à Paris: gagner, contre Dortmund, mais aussi en L1 et lors des prochaines finales de Coupes de France et de la Ligue.

Thiago Silva, une étiquette à arracher

Le capitaine Thiago Silva était parti pour ne pas jouer le retour, après s’être blessé à une cuisse contre Bordeaux (4-3) le 23 février. S’il n’a pas rejoué en compétition depuis, il a retrouvé l’entraînement la semaine dernière.

“+Thia+ prépare complètement le match de Dortmund. Il veut absolument le jouer”, expliquait vendredi Tuchel, qui a estimé qu’une décision sera prise “mardi ou mercredi matin”.

La détermination du défenseur central souligne les enjeux pour sa carrière. Le Brésilien arrive en fin de contrat cet été, mais les négociations avec le club pour prolonger son bail n’avancent pas, assurait L’Equipe en février.

Le joueur a besoin d’une prestation marquante pour prouver aux dirigeants parisiens, qu’à 35 ans, il peut toujours briller. Question de réputation: depuis la “remontada” subie à Barcelone, il incarne le visage de ce Paris maudit en C1.

Son bilan lors de la phase éliminatoire de Ligue des champions n’est pas rassurant. Il n’a gagné que 7 matches sur 25 (pour 11 défaites), et sa dernière performance en Allemagne, décevante, confirme cette tendance.