C1: Marseille tombe à City et quitte l’Europe

Le milieu de terrain espagnol de Manchester City, Ferran Torres ouvre le score face à Marseille, lors de leur match de Ligue des Champions, le 9 décembre 2020 à Manchester
/ © 2020 AFP

Six matches et puis s’en va: pour son retour en Ligue des Champions après sept ans d’absence, Marseille a bouclé la phase de poules par une cinquième défaite en six matches, 3-0 sur la pelouse de Manchester City, qui lui interdit même l’accès à la Ligue Europa.

Pour accrocher la C3, André Villas-Boas espérait un coup de mains de “son” Porto. Il l’a eu, puisque les Portugais se sont imposés 2-0 sur le terrain de l’Olympiakos. Mais cela n’a pas suffi car l’OM, tout de même meilleur qu’en début de compétition, n’a de son côté pas réussi à faire sa part de travail.

Un nul aurait fait l’affaire compte tenu du résultat de l’autre rencontre mais au bout du compte, l’OM a affiché trop de lacunes à ce niveau et le but encaissé à la dernière minute du premier match au Pirée, face à une équipe de l’Olympiakos pourtant pas très redoutable (1-0), a pesé comme un boulet.

Marseille et ses supporters regretteront peut-être aussi de ne pas avoir cherché à marquer un troisième but la semaine dernière contre l’Olympiakos, qui leur aurait donné l’avantage dans les confrontations directes contre les Grecs.

Mais AVB et les siens ont désormais le champ libre en Ligue 1, où ils sont en embuscade avec leurs deux matches en retard et un calendrier désormais allégé sans Europe.

Mercredi à Manchester, les affaires marseillaises ne se présentaient pourtant pas si mal à la pause (0-0). Sérieuse, bien organisée et même audacieuse lors du dernier quart d’heure, l’équipe de Villas-Boas n’avait plus l’allure de débutante égarée qu’elle avait affichée lors de ses quatre défaites initiales.

Bien sûr, face au credo de Pep, pressing, passes et possessions, il avait fallu pendant un long moment accepter de subir, même si l’adversaire était très remanié. Mais les Provençaux ont été peu mis en danger, avec une tête de Laporte au-dessus (12e) et deux tirs de Mahrez, l’un à côté (33e) et le premier sur lequel Mandanda s’est racheté de sa mauvaise relance avec un bel arrêt de gardien de hand-ball (8e).

terrible deuxième période

Côté marseillais, Payet, positionné en pointe, a marqué un joli but en très nette position de hors-jeu, Kamara s’est enhardi jusqu’à infliger un petit pont à Aké puis l’OM a même eu un vrai temps fort avec une série d’occasions pour Germain (41e), Sanson (42e) et Gueye (43e).

Surtout, les Marseillais étaient à cet instant qualifiés pour la Ligue Europa, car depuis la 10e minute, Porto menait sur la pelouse de l’Olympiakos (1-0).

Mais le retour des vestiaires a été terrible pour l’OM avec un but immédiat ou presque de Ferran Torres (48e) au bout d’une belle action mais aussi d’une passe décisive de… Germain.

Là, tout s’est compliqué. Sterling est entré, les Marseillais ont vu s’échauffer des joueurs du calibre de De Bruyne ou Agüero et les vagues offensives se sont succédées.

Il y avait un doute sur la volonté réelle de Villas-Boas de viser la C3, mais en faisant entrer en fin de match Cuisance, Aké ou Benedetto pour aller chercher un but, le Portugais a joué toutes ses cartes.

Elles n’ont pas été utiles et Agüero a réglé l’affaire sur le deuxième temps d’un corner (77e). En toute fin de match, Alvaro a marqué un anecdotique but contre son camp et l’OM a refermé son triste dossier européen.

Au tirage au sort, le groupe C de l’OM avait été présenté comme “abordable”. Au bout du compte, les Marseillais en sortent avec rien, si ce n’est un peu plus de temps pour le championnat.