C1: Manchester City, une classe d’écart avec Mönchengladbach

Le milieu allemand de Manchester City, Ilkay Gündogan (d), buteur lors du 8e de finale retour de la Ligue des champions contre Mönchengladbach, à Budapest, le 16 mars 2021
/ © 2021 AFP

Sans trop de surprise, après un match aller déjà dominé de la tête et des épaules, Manchester City a remis ça en l’emportant sur le même score (2-0), mardi à Budapest, en huitième de finale retour de la Ligue des Champions.

Neuf jours seulement après avoir vu sa série record, pour l’Angleterre, de 21 victoires consécutives, toutes compétitions confondues, prendre fin, les Citizens donnent l’impression d’en avoir entamé une autre.

Il faudra attendre les quarts de finale, dont le tirage au sort est vendredi, et un adversaire certainement un peu plus consistant que ce Mönchengladbach à la dérive, pour mieux juger cette équipe, dans une compétition qui a été sa Némésis depuis des années.

Mais les rêves de quadruplés, même minimisés par Pep Guardiola en conférence de presse d’avant-match, sont plus que jamais d’actualité.

Bravache, le compte Twitter du Borussia avait ironisé avant le match sur la composition de “Manchester +on n’a même pas besoin d’attaquant+ City”, Raheem Sterling, Gabriel Jesus et Sergio Agüero étant sur le banc.

City est resté fidèle aux principes de jeu introduits mi-décembre, qui voient un latéral venir soutenir Rodri dans l’axe du terrain en phase de possession, pour permettre à Ilkay Gündogan de rejoindre le quatuor offensif et attaquer à 5.

De Bruyne frappe du gauche

Et quand la ligne d’attaque comprend Gündogan, Riyad Mahrez, Kevin de Bruyne, Bernardo Silva et Phil Foden, on peut tout à fait se passer de vrai neuf.

La démonstration en a été faite en moins de 20 minutes.

Le temps pour le maître à jouer belge De Bruyne de propulser une frappe surpuissante de son pied gauchele “mauvais”, paraît-il…sous la barre (1-0, 12e) avant que Gündogan ne fasse un de ces appels de loin qu’il affectionne tant cette saison, pour recevoir une passe croisée dans un trou de souris de Foden et tromper de près Yann Sommer (2-0, 18e).

Il s’agissait déjà du 15e but cette saison pour le milieu allemand de 30 ans, 9 de plus que lors de n’importe quel autre exercice depuis son arrivée à City.

Avec une possession du ballon écrasante, City a ensuite pu s’offrir une heure de jeu sans pression mais sans jamais donner le sentiment de tomber trop dans la facilité, même s’il n’a plus marqué après.

Mönchengladbach, pris dans une spirale très négative depuis début février, voit sa campagne de Ligue des Champions s’achever en queue de poisson avec une quatrième défaite de suite dans cette compétition, signe que la marche était bien trop haute.

City, qui a pu faire tourner en seconde période avec les 5 remplaçants autorisés en C1, n’aura pas trop eu à puiser dans ses ressources et espère bien, cette année, mettre fin à trois éliminations de suite en quart de finale.