C1: Luis Diaz, dernier diamant poli à Porto

Luis Diaz, du FC Porto, tente de dribbler James Milner, de Liverpool, en Ligue des champions le 28 septembre 2021 au stade du Dragon à Porto
Par Thomas CABRAL / © 2021 AFP

Dernière pépite à être passée au tamis du FC Porto, l’attaquant colombien Luis Diaz nourrit les espoirs, à la fois sportifs et financiers, du club portugais avant le match décisif de Ligue des champions face à l’Atlético Madrid mardi (21h00).

Recruté à l’Atlético Junior de Colombie en juillet 2019 pour 7 millions d’euros, l’ailier âgé de 24 ans est actuellement le meilleur buteur des “Dragons”, avec 13 réalisations et deux passes décisives en 20 matches toutes compétitions confondues.

C’est déjà mieux que sur l’ensemble de la saison dernière, qu’il avait bouclée avec 11 buts et six passes décisives, et presque autant que sa première année au FC Porto, avec 14 buts et huit passes décisives.

Grâce à la régularité de ses performances, “Lucho” suscite l’intérêt de plusieurs grands clubs européens, notamment ceux de la très riche Premier League anglaise, assurent les médias spécialisés au Portugal et au Royaume-Uni.

L’équipe nationale de Colombie tire elle aussi profit des qualités de finisseur de cet attaquant élancé (1,80 m), qui a marqué à sept reprises en 31 rencontres avec le maillot jaune des “Cafeteros”.

Le but qu’il a marqué contre le Brésil d’un coup de pied retourné, l’été dernier en Copa America, lui a d’ailleurs valu d’être désigné par la Fifa parmi les candidats au prix Puskas pour le meilleur but de l’année.

Pour capitaliser sur la bonne forme de Diaz cette saison, l’entraîneur de Porto Sérgio Conceiçao s’efforce de le placer “là où Luis est confortable dans le jeu (…) pour qu’il puisse faire ce qu’il fait en ce moment: provoquer des déséquilibres de façon fantastique”.

Valeur marchande

“C’est l’évolution naturelle d’un joueur avec beaucoup de qualité et beaucoup de talent”, ajoutait il y a un mois le coach portugais lors d’une conférence de presse.

Du talent, mais aussi une valeur marchande certaine: après avoir passé plusieurs années sous la contrainte des règles du fair-play financier, Porto a besoin de nouvelles rentrées d’argent pour continuer à équilibrer ses comptes.

La saison dernière, le départ du milieu récupérateur Danilo Pereira vers le Paris SG, a été sa seule vente significative, l’international portugais ayant alors été valorisé à 16 millions d’euros.

L’année précédente, le transfert du jeune attaquant Fabio Silva, formé à Porto et parti à Wolverhampton pour 40 millions d’euros, avait propulsé le joueur de 18 ans au sixième rang des plus grosses ventes de l’histoire du club du nord du Portugal.

Un transfert juteux de Luis Diaz marquerait donc un retour à la recette perfectionnée par Porto dans le passé, qui consistait à recruter des joueurs sud-américains pour les revendre ensuite sur le marché européen, avec d’importantes plus-values.

Cependant, le club est désormais sous la loupe des autorités judiciaires portugaises qui, selon plusieurs médias locaux, soupçonnent ses dirigeants d’avoir siphonné des millions d’euros en gonflant artificiellement des commissions liées aux transferts de joueurs afin d’en récupérer une partie.

Suite aux perquisitions qui ont visé le club le mois dernier, son président Jorge Nuno Pinto da Costa a démenti les informations parues dans la presse en dénonçant une “orchestration de calomnies et mensonges”.

Reste qu’une lucrative qualification pour les huitièmes de finale de C1, mardi, ferait du bien aux finances du club, quart de finaliste l’an dernier (défaite 2-0, 0-1 contre Chelsea, le futur lauréat). Et Luis Diaz espère bien y contribuer.