C1: Liverpool assomme une vaillante Inter grâce à Firmino et Salah

La joie de l’attaquant égyptien de Liverpool Mohamed Salah, félicité par ses coéquipiers, après avoir marqué le 2e but contre l’Inter Milan, lors du 8e de finale aller de la Ligue des Champions, le 16 février 2022 au Stade San Siro
/ © 2022 AFP

Le maillot adverse avait changé de couleur mais la punition est la même: Liverpool a dominé mercredi l’Inter Milan (2-0) en 8e de finale aller de Ligue des champions, mercredi à San Siro, là où il avait éliminé l’AC Milan (2-1) en décembre.

Les Reds, bousculés pendant plus d’une heure, se sont mis sur la route des quarts de finale dans le dernier quart d’heure grâce à une déviation de la tête de Roberto Firmino (75e) puis une reprise de l’inévitable Mohamed Salah (83e).

Avec ce 8e but de la saison en C1, Salah le grand voyageur (buteur lors des huit dernières rencontres des Reds en C1) a conforté la septième victoire en sept matches des Reds, cette saison, sur la scène européenne.

L’Inter Milan, pour sa première apparition à ce stade de la C1 depuis dix ans, a pourtant fait mieux que résister. Elle aurait peut-être même pu faire douter Liverpool et changer le sens de ce match intense avec un peu de chance, quand Hakan Cahanoglu a vu sa frappe heurter la barre en début de match.

Pour les Nerazzurri, la tâche s’annonce quasi-impossible le 8 mars à Anfield. Ils pourront se consoler en se disant qu’ils auront été à la hauteur de ce huitième de finale de gala, l’un des deux seuls avec Benfica-Ajax à opposer deux anciens vainqueurs.

Car Nerazzurri et Reds se sont rendu coup pour coup, lors d’une opposition emballante, avec des duels intenses et un ballon voyageant rapidement d’un but à l’autre dès les premières minutes.

Leçon de réalisme

Outre une grosse frayeur quand la tentative de Calhanoglu a rebondi sur sa barre (16e), Alisson Becker n’a pas été mécontent d’avoir vu passer à côté de sa cage une tentative de Lautaro Martinez (5e) et une tête de Milan Skriniar (40e).

Arturo Vidal ne s’est pas économisé pour faire oublier Nicolo Barella, le grand absent côté nerazzurro, suspendu pour la double confrontation contre les Anglais.

Les Reds, où Jürgen Klopp avait joué la carte jeune en titularisant Harvey Elliott, 18 ans, à peine revenu d’une longue blessure (fracture de la cheville), n’ont pas été en reste.

Mais ils ont d’abord manqué le cadre, sur un tir de Thiago Alcántara (9e), une tête puis un retourné de Sadio Mané (14e, 23e) et un coup franc de Trent Alexander-Arnold (29e).

Salah ayant été bien muselé pendant ce premier acte, Jürgen Klopp a rapidement changé de plan en lançant Roberto Firmino dès la reprise, à la place de Diogo Jota.

L’Inter a encore fait illusion pendant vingt minutes, avec notamment un centre brûlant de l’intenable Ivan Perisic (53e).

Mais avec de nouveaux changements Liverpool a peu à peu pris l’ascendant et l’Inter a fini par craquer, sur un corner dévié par Firmino, puis sur le ballon repris par Mohamed Salah en renard des surfaces.

Comme contre le Real Madrid en phase de poules, l’Inter a pris une leçon de réalisme.