C1: le PSG régale et réconcilie, le Real de Zidane soulagé et en 8es

L’attaquant brésilien du Paris Saint-Germain, Neymar, partage sa joie avec le Français Kylian Mbappé, après avoir marqué son 2e but contre Basaksehir Istanbul, lors de leur match de Ligue des Champions, le 9 décembre 2020 au Parc des Princes
Par Jean DECOTTE / © 2020 AFP

Premier de son groupe, le PSG a battu à la fois Istanbul Basaksehir (5-1) et le racisme ordinaire mercredi lors d’un match de Ligue des champions interrompu la veille. Karim Benzema, lui, a sauvé Zinédine Zidane et le Real Madrid, soulagés d’être en huitièmes.

Groupe H: Paris gagne, le racisme perd

Vainqueur sur un triplé de Neymar et un doublé de Kylian Mbappé, le Paris SG a clos avec panache le triste épisode de la suspension de son match contre Basaksehir, stoppé mardi lorsque l’entraîneur adjoint du club turc, Pierre Webo, a accusé un des arbitres de propos racistes.

Les joueurs ayant décidé de quitter la pelouse en signe de protestation et d’indignation, le jeu n’a repris que le lendemain au Parc des Princes, où les 22 acteurs ont choisi de marquer les esprits: tee-shirts “Non au racisme” et genou posé à terre avant le match, un geste associé à la lutte antiraciste.

Le racisme “n’a plus sa place dans le foot ni dans la vie”, a tranché Neymar au micro de RMC Sport.

Déjà qualifié depuis la veille et la victoire du RB Leipzig, lui aussi en huitièmes, contre Manchester United (3-2), le PSG décroche la première place et l’assurance d’éviter en huitièmes des cadors comme le Bayern Munich, Liverpool ou Manchester City lors du tirage prévu lundi.

Groupe A: l’Atlético passe sans trembler

A Salzbourg, l’Atlético Madrid n’avait besoin que d’un nul pour accompagner le Bayern Munich au tour suivant et l’équipe de Diego Simeone a fait le boulot: victoire 2-0 en Autriche et billet en poche, sur des buts de Mario Hermoso (39e) et Yannick Carrasco (86e).

Dans l’autre rencontre du groupe, qui était sans enjeu comptable, le Bayern Munich (1er) a battu 2-0 le Lokomotiv Moscou, dernier du groupe, sur des buts de Niklas Süle (63e) et de l’ancien Parisien Eric-Maxim Choupo-Moting (80e)

Groupe B: ouf au Real, Zidane remercie Benzema

Karim Benzema a souvent qualifié Zinédine Zidane de “grand frère”, surtout quand l’entraîneur protégeait son compatriote à la pointe de l’attaque du Real Madrid: mercredi, dans un match couperet contre Mönchengladbach (2-0), où la “Maison Blanche” risquait de subir sa toute première élimination en phase de poules depuis 23 participations depuis 1997, Benzema a surgi deux fois de la tête pour qualifier “Zizou” et les Madrilènes (9e, 32e).

“On en ressort tous plus forts. On est une famille, on travaille tous ensemble”, a savouré Benzema.

C’est un immense soulagement pour le technicien français, un temps fragilisé, et le Real, passé tout prêt de l’élimination et qui en profite pour chiper la première place de la poule à “Gladbach”, également qualifié.

En revanche, c’est un crève-coeur pour l’Inter Milan d’Antonio Conte, bâtie pour la C1 mais éliminée mercredi de toute compétition européenne en terminant à la dernière place du groupe après un nul 0-0 contre le Shakhtar, reversé en Ligue Europa.

Groupe C: pas de miracle pour Marseille

La marche était trop haute pour Marseille, qui s’est logiquement incliné 3-0 sur le terrain de Manchester City et termine au dernier rang du groupe, sans avoir réussi à accrocher la troisième place synonyme de Ligue Europaqui échoit à l’Olympiakos.

L’équipe d’André Villas-Boas, en forme en Ligue 1 mais à la peine sur la scène européenne, a fini par baisser pavillon devant Ferran Torres (48e), Sergio Agüero (77e) et Raheem Sterling (90e).

Cela restera comme une campagne européenne à oublier pour l’OM, donc, qui espère confirmer en championnat pour regoûter à la grande Europe dès la saison prochaine, avec d’autres arguments.

Groupe D: l’Atalanta continue de surprendre

L’Atalanta continue d’étonner son monde: un but tardif du Colombien Luis Muriel a permis au modeste club de Bergame de battre l’Ajax 1-0 à Amsterdam et de s’inviter en huitièmes de finale pour la deuxième année d’affilée.

Ce succès étriqué, acquis au terme d’un match insipide entre deux formations qui avaient pourtant ébloui l’Europe entière ces deux dernières saisons, vaut aux Lombards de rêver à de nouveaux exploits européens au printemps: n’avaient-ils pas atteint les quarts de l’édition écoulée, chutant in extremis face au PSG (2-1) ?

Dans l’autre rencontre, sans enjeu, les modestes Danois de Midtjylland ont tenu en échec (1-1) Liverpool, déjà assuré de la première place.