C1: “Dernière chance” européenne pour Marseille contre l’Olympiakos

L’entraîneur portugais de l’Olympique marseillais, André Villas-Boas, à l’entraînement de ses joueurs à Marseille, le 30 novembre 2020
Par Emmanuel BARRANGUET / © 2020 AFP

L’Olympique de Marseille peut encore sauver l’honneur, et même les meubles, en remontant sa défaite de l’aller contre l’Olympiakos (1-0) pour espérer accrocher la Ligue Europa, mardi (21h00), et atténuer l’humiliation de sa campagne écourtée en Ligue des champions.

“C’est notre dernière chance pour rêver de continuer dans la compétition” européenne, résume André Villas-Boas, qui espère que ses joueurs se sont “débloqué mentalement contre Nantes”, samedi, en gagnant 3-1 en Ligue 1 au bout d’un match enlevé, enfin.

Zéro point, zéro but, une élimination au bout de quatre journées, le retour en C1, sept ans après, est de toutes façons déjà “un échec que je ne récupérerai jamais”, admet le Portugais.

Mais la C3, dont l’OM a joué la finale il y a deux ans et demi (défaite 3-0 face à l’Atlético Madrid), est encore récupérable, elle.

Il faut déjà rejoindre Le Pirée à trois points, en renversant le score de l’aller, donc par deux buts d’écart, car en cas d’égalisation à 1-0 dans la confrontation directe, la différence de buts générale laisserait l’OM derrière l’Olympiakos (-9 contre

5).

Puis il faudra finir le travail à la dernière journée. L’OM ira à City, déjà qualifié, et l’Olympiakos recevra le FC Porto, qui sera aussi qualifié si Marseille réussit à doubler les Grecs mardi.

“L’amour-propre”

Au-delà de la qualification en C3, l’OM doit aussi “redorer le blason”, insiste Boubacar Kamara, enfant du club, où il joue depuis l’âge de cinq ans.

En C1, “on a fait de la merde, on ne peut pas se le cacher”, ajoute le jeune milieu de terrain (21 ans). Effacer l’humiliation “est une source de motivation. Il faut gagner, avoir de l’amour-propre et tout faire pour gagner ce match… les deux matches qui restent”, insiste-t-il.

“Comme on a été misérable en Ligue des champions”, complète “AVB”, “il faut au moins sortir avec un but marqué”, avant d’insister: “un peu plus d’un but marqué”.

Villas-Boas reste un peu tiède à l’idée d’être reversé en C3. Il s’en est expliqué: s’il n’aime pas le principe qu’une troisième place éliminatoire soit également qualificative pour la Ligue Europa, il est prêt à jouer les chances du club dans la seconde compétition européenne… qu’il a gagnée avec Porto en 2011.

“Si on tombe en C3, le niveau y est plus bas, on va faire beaucoup mieux”, explique le Portugais, qui se méfie quand même: “tenir ce rythme d’un match tous les trois jours (en cas de qualification, NDLR), c’est dur”.

Villas-Boas a surtout les yeux sur le Championnat, où l’OM est… virtuel leader, s’il gagne ses deux matches décalés à cause du Covid-19 qui frappait Lens puis Nice.

“Déclic” pour Benedetto

Le coach a parlé de “saison exceptionnelle” avec les mésaventures actuelles du Paris SG. “Avant que tout le monde commence à dire qu’on est candidat au titre, je voulais juste dire que si le PSG rate le titre, on doit au moins être en position”, précise-t-il.

“Cette année, ils ont un peu chaud, et beaucoup d’équipes sont prêtes à les rejoindre, mais il faut être régulier”, insiste AVB, rappelant que son équipe “reste sur quatre succès d’affilée” en Ligue 1.

La dernière sortie réussie contre Nantes (3-1) peut donner de l’espoir. Les leaders offensifs se sont remis à l’endroit, et l’avant-centre, Dario Benedetto, a enfin marqué son premier but de la saison, sur penalty.

Villas-Boas espère que c’est “un déclic”: “Sa mobilité a aussi beaucoup aidé l’équipe à avoir plus d’espaces”, note-t-il.

Dimitri Payet a retrouvé de l’influence dans le jeu, Florian Thauvin a percuté et marqué contre Nantes, et Michael Cuisance vient compléter un quatuor offensif enfin alléchant. L’Alsacien “a très bien joué entre les lignes, se félicite son entraîneur, il a accéléré le jeu avec des bons choix, des passes rapides et des petites combinaisons avec Thauvin”.

Villas-Boas souligne aussi le bon match de Valentin Rongier avant d’annoncer qu’il “ne compte pas faire trop de changement, l’équipe roulait bien, normalement c’est de bon augure pour la suite”… Et pour la qualification ?