C1: Coman sauve le Bayern sur le fil à Salzbourg (1-1)

La joie de l’attaquant français du Bayern Munich Kingsley Coman, après avoir égalisé (1-1) sur le terrain de Salzbourg, en 8e de finale aller de la Ligue des Champions, le 16 février 2022 en
/ © 2022 AFP

Le Bayern s’est sorti in extremis d’un mauvais pas mercredi à Salzbourg, grâce à un but égalisateur de Coman (1-1) à la dernière minute de son match aller des huitièmes de finale de la Ligue des champions, en Autriche.

Dans la ville de Mozart, les petits prodiges de l’entraîneur Matthias Jaisslel’équipe la plus jeune de la compétition cette saisonont pourtant très longtemps cru réaliser un exploit majuscule, en faisant déjouer le “Rekordmeister”.

En tête depuis la 21e minute grâce à un but de Chikwubuike Adamu, le RB a joué sans complexe son football de contre-attaque en première période, bousculant le champion d’Allemagne. En deuxième période, les Autrichiens ont résisté farouchement à l’énorme pression bavaroise… jusqu’à la 90e minute.

Kingsley Coman, qui avait été le plus dangereux des Bavarois avant cela, a récompensé son équipe de ses efforts en reprenant en force un ballon au coin des six mètres pour arracher le nul (1-1, 90e).

Mis K.O. samedi en Bundesliga par le promu Bochum (4-2), le Bayern avait pourtant juré qu’il avait appris la leçon.

Thomas Müller, avec son sourire en coin et son célèbre clin d’oeil, avait mis en garde : quand le Bayern prend une gifle comme à Bochum, “ça chatouille notre orgueil” avait-il lancé. “Ce n’est peut-être pas bon pour Salzbourg que nous ayons perdu samedi.”

Le Bayern, s’il montre parfois des lacunes défensives, s’impose en général grâce à son attaque de feu (23 buts marqués en phase de groupe).

Adeyemi en vedette

Mais en Autriche, dans un stade en fusion et plein à craquer, la machine s’est enrayée. Le duo de pointe Müller/Lewandowski est resté étonnamment discret. Et même les débordements répétés de Kingsley Coman sur l’aile gauche n’ont longtemps offert aucune véritable occasion de but.

C’est de l’autre côté du terrain que les attaquants ont d’abord brillé. Le jeune Karim Adeyemi, déjà international allemand à 20 ans, a été un poison pour la défense bavaroise, surtout en première période.

A la 21e minute, sur une contre-attaque éclair typique du “football Red Bull”, il a effacé Lucas Hernandez et servi son coéquipier Chikwubuike Adamu, démarqué dans la surface.

Trop lents, Niklas Süle et Benjamin Pavard n’ont rien pu faire, et Adamu a ouvert le score (1-0). Il venait d’entrer en jeu dix minutes plus tôt pour suppléer Noah Okafor, star du championnat autrichien, sorti sur blessure.

Menés 1-0 à la pause, les Munichois, qui se considèrent comme l’un des favoris de la Ligue des champions, se devaient de réagir.

Ils ont alors mis une énorme pression sur Salzbourg. Sané, Coman et Gnabry ont percuté, poussé, bousculé et malmené la défense autrichienne. Mais les jeunes de Salzbourg, poussés par une Red Bull Arena chauffée à blanc, sentaient l’exploit à leur portée et se battaient comme des morts de faim sur chaque ballon.

Et à la 80e minute, il a fallu une double intervention in extremis d’Ulreich et Pavard pour sauver une balle de 2-0, arrivée sur un contre, qui avait déjà fait se lever les supporters.

Le but de Coman laisse le Bayern en position de favori pour le match retour, mais l’alerte a été chaude.