L’entraĂ®neur de Valence Albert Celades au stade Mestalla le 2 octobre 2019, avant le match de Ligue des champions face Ă  l’Ajax Amsterdam.
/ © 2019 AFP

PropulsĂ© entraĂ®neur de Valence après le retentissant limogeage de Marcelino, Albert Celades a hĂ©ritĂ© d’un vestiaire dĂ©fiant et d’une tâche ardue: stabiliser un club Ă  la gestion souvent erratique tout en brillant en Ligue des champions, avec un dĂ©placement mercredi Ă  Lille (21h00/19h00 GMT).

Très apprĂ©ciĂ© des supporteurs, son prĂ©dĂ©cesseur Marcelino Garcia Toral avait pour lui d’avoir gagnĂ© en mai dernier la Coupe du Roi face au grand Barcelone (2-1) et d’avoir qualifiĂ© le club “che” pour la C1 avec une quatrième place en Liga.

Mais Ă  la surprise gĂ©nĂ©rale, l’entraĂ®neur asturien a Ă©tĂ© dĂ©barquĂ© dĂ©but septembre en raison d’un conflit avec sa direction, en particulier Peter Lim, le très interventionniste propriĂ©taire du club.

Selon la version donnĂ©e par Marcelino, Lim lui aurait enjoint en cours de saison de faire l’impasse sur la Coupe du Roi, “compĂ©tition mineure” Ă  ses yeux, pour viser en prioritĂ© la lucrative qualification pour la Ligue des champions. L’entraĂ®neur ayant refusĂ©, avec raison d’ailleurs, le magnat singapourien a fini par le destituer pour le remplacer par Celades, jeune technicien dont c’est la première expĂ©rience d’entraĂ®neur principal en club.

Instabilité chronique

“Je vais essayer de mĂ©riter le respect de tout le monde en travaillant de la meilleure des manières”, a promis en confĂ©rence de presse le Catalan (44 ans), recrutĂ© jusqu’en 2021.

Certes, le nouvel entraĂ®neur valencien a pour lui d’avoir dirigĂ© l’Ă©quipe d’Espagne Espoirs entre 2014 et 2018, puis brièvement Ă©paulĂ© l’ex-sĂ©lectionneur Julen Lopetegui comme adjoint au Real Madrid (2018). Il a aussi dans son bagage une riche carrière de joueur, passĂ© par le Barça, le Real et prĂŞtĂ© une saison Ă  Bordeaux en 2003-2004.

Mais Celades est un nouvel exemple de l’instabilitĂ© chronique qui agite Valence: sept entraĂ®neurs diffĂ©rents en cinq ans depuis le rachat du club par Lim en 2014…

Dès son arrivĂ©e, Celades a dĂ» gĂ©rer un psychodrame, avec des joueurs opposĂ©s au dĂ©part de Marcelino. Ces derniers ont ostensiblement refusĂ© d’assister Ă  la traditionnelle confĂ©rence de presse de veille de match, pourtant obligatoire, avant d’affronter Chelsea mi-septembre en C1.

“Un changement d’entraĂ®neur n’est jamais facile, d’autant plus quand c’est de cette façon”, a reconnu Celades.

La victoire le lendemain Ă  Stamford Bridge (1-0) a permis de calmer un peu les esprits et le capitaine Dani Parejo a assurĂ© que l’effectif Ă©tait dĂ©sormais avec Celades “jusqu’Ă  la mort”.

Menaces de mort

Mais ce n’est pas la meilleure manière de dĂ©buter un mandat, d’autant qu’une dĂ©route 3-0 Ă  domicile contre l’Ajax Amsterdam a suivi lors de la deuxième journĂ©e de C1.

Symbole de la tension qui entoure le club, le prĂ©sident Anil Murthy a Ă©tĂ© filmĂ© dĂ©but octobre en tribune d’honneur au stade Mestalla un doigt sur la bouche, comme pour demander aux bouillants supporteurs de se tairelors de la rĂ©ception d’AlavĂ©s (2-1). Le club a ensuite fait Ă©tat de menaces de mort adressĂ©es Ă  Murthy, homme de confiance de Lim, sur son tĂ©lĂ©phone mobile.

Ce n’est pas le contexte idĂ©al pour prĂ©parer des Ă©chĂ©ances cruciales comme le match Ă  Lille mercredi. Mais l’Ă©quipe semble faire corps autour de Celades, comme l’a montrĂ© le bon nul arrachĂ© in extremis contre l’AtlĂ©tico Madrid samedi en Liga (1-1).

“C’est compliquĂ©, il y a eu des choses qui se sont passĂ©es dans le club”, a rĂ©sumĂ© samedi l’attaquant français Kevin Gameiro.

“A nous de travailler avec le coach, tous ensemble, pour trouver un Ă©quilibre et confirmer ce qu’on a fait la saison dernière. Cela fait peu de temps que le nouveau staff est arrivĂ©, ils sont en train de mettre leurs idĂ©es en place tout doucement”, a-t-il plaidĂ©, rĂ©clamant du temps pour permettre Ă  Albert Celades et Ă  Valence d’arriver Ă  leurs fins.