C1: Capoue, le métronome de Villarreal

Etienne Capoue buteur avec Villarreal lors de la réception des Young Boys de berne en Ligue des champions à La Ceramica, le 2 novembre 2021
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2021 AFP

Un an après son arrivée à Villarreal, le milieu défensif français Etienne Capoue s’est imposé comme un métronome au centre du système d’Unai Emery, qui joue sa qualification pour les huitièmes de finale de Ligue des champions mercredi (21h00) chez l’Atalanta Bergame.

“Je n’avais aucune idée d’où se situait Villarreal. J’ai cherché un peu, et dans l’équipe, je ne connaissais que Francis Coquelin”, confiait le grand milieu de terrain français au média The Athletic fin novembre.

Après six années passées à Watford (2015-2021), en banlieue nord-ouest de Londres, l’international français (7 sélections en 2012-2013) a été transféré en janvier en Espagne.

Il a eu douze mois pour se faire à cette ville au climat doux, sur la côte est de l’Espagne, au nord de Valence. Et la ville aussi a appris à le connaître.

Conquis par le projet d’Unai Emery, arrivé au club six mois avant lui juillet 2020), Capoue, 33 ans, décide de se relancer en Liga, dans un effectif qui se produit régulièrement sur la scène européenne et qui joue souvent les premiers rôles en championnat.

Le Busquets jaune

“Même si les centres d’entraînement de Watford et d’Arsenal sont proches, je ne le connaissais pas. C’est un entraîneur d’élite. J’ai discuté avec lui, il m’a parlé en espagnol, en anglais et en français. Il m’a demandé de tenir un peu le même rôle que (Sergio) Busquets au Barça. C’est un des rares joueurs que je connais à avoir un poste et un rôle similaires au mien”, a détaillé Capoue en novembre sur The Athletic.

Au fil des mois, ce longiligne milieu défensif né à Niort et formé à Toulouse (2005-2013) a gagné des galons dans le plan de jeu du “Sous-marin jaune”, jusqu’à devenir une pièce essentielle du trio du milieu aux côtés de son compatriote Francis Coquelin et de Dani Parejo.

Et même si le club déçoit en championnat (actuel 13e avec seulement trois victoires), Capoue a brillé lors des succès consécutifs début novembre contre les Young Boys Berne en C1 (2-0), où il a marqué un but et délivré une passe décisive, et Getafe en Liga (1-0).

“Capoue est omniprésent au milieu du terrain, tant à la récupération qu’à la création. Il équilibre le jeu de son équipe derrière, tout en se projetant le jeu vers l’avant et en étant l’un des joueurs qui créent le plus de décalages”, résumait le quotidien sportif espagnol As à son sujet en novembre.

Signalé par CR7

Sa montée en puissance a toutefois connu un coup d’arrêt il y a quinze jours, à domicile contre Manchester United. A la 78e minute, alors que le score est de 0-0, Capoue tarde à se présenter sur une relance hasardeuse de son gardien Geronimo Rulli, et offre le ballon du but à Cristiano Ronaldo.

Mais il ne fait pas résumer sa performance contre les Anglais à ce ballon perdu. “Il est bien plus qu’un stoppeur. Avec classe, il a lâché une passe parfaite en profondeur pour Arnaut Danjuma et a été déterminant dans la pression et les interceptions”, a tenu à nuancer As dans son résumé.

Mais le revers contre les Red Devils a amorcé un passage à vide qui ne s’est pas encore arrêté pour les hommes d’Emery, battus coup sur coup 3-1 par le Barça et 1-0 à Séville en Liga.

Avec Danjuma et Coquelin incertains, et l’attaquant international espagnol Yeremi Pino suspendu, Capoue devra retrouver son meilleur niveau mercredi en Italie, pour tenter de prolonger l’aventure européenne de Villarreal en Ligue des champions.