C1: Benzema-Muriel, la clé des quarts est dans les “9”

Le capitaine Karim Benzema a marqué à deux reprises pour le Real Madrid face à Elche au stade à Valdebebas, le 13 mars 2021
Par Anthony LUCAS, Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2021 AFP

Karim Benzema revient au top après une blessure, Luis Muriel est passé de remplaçant à indispensable à Bergame: entre le Real Madrid, vainqueur 1-0 à l’aller, et l’Atalanta, le match des avants-centres s’annonce crucial mardi en huitièmes retour de Ligue des champions (21h00).

Deux bijoux ce week-end

A Madrid, Benzema semble de retour en pleine forme. Après avoir soigné une blessure à l’adducteur gauche qui lui a fait manquer trois matches en février, l’ancien Lyonnais reste l’atout offensif N.1 du Real Madrid.

“Benzema veut la Liga”, a titré en Une Marca, le quotidien le plus vendu en Espagne, dimanche.

Après son but splendide lors du derby face à l’Atlético Madrid début mars (1-1), Benzema a enchaîné avec un doublé “d’extraterrestre” selon Marca samedi contre Elche en Liga, de la tête puis du gauche, pour arracher la victoire (2-1).

Luis Muriel est aussi en pleine confiance, beaucoup plus souvent titulaire après avoir été longtemps cantonné au rôle de joker de luxe. Avec son nouveau bijou vendredi contre La Spezia (3-1), l’international colombien a marqué son 19e but de la saison (toutes compétitions confondues), faisant déjà aussi bien que toute la saison dernière.

“Je vais bientôt avoir 30 ans (en avril, NDLR), j’ai acquis un peu de maturité et cela me permet de mieux travailler. Avant, je voulais m’amuser et c’est tout”, explique-t-il au sujet de ses progrès.

Complémentaire ou indispensable ?

Avec sa technique et sa vitesse, Muriel est un bon complément au puissant Duvan Zapata et au créateur Josip Ilicic, aussi talentueux qu’inconstant sur le front de l’attaque bergamasque. Il est aussi devenu un précieux passeur avec neuf offrandes (toutes compétitions confondues), son record sur une même saison.

“Muriel est extraordinaire, pas seulement dans les buts et les passes décisives. Il a vraiment fait un grand saut en termes de qualité, que ce soit du point de vue mental, physique et dans la régularité”, l’a récemment encensé son entraîneur Gian Piero Gasperini.

En face, le doublé de Benzema n’a pas déclenché d’éloges de la part de “Zizou” après le match… car depuis le départ de Cristiano Ronaldo en 2018, le Real s’est habitué à s’en remettre à “KB9”.

“Je n’ai aucun costume de sauveur. On est une équipe”, a balayé Benzema en conférence de presse, lundi. “Désormais, j’ai le physique pour jouer libre. Parfois je reste devant pour attendre les centres, parfois je descends au milieu du terrain pour aider à construire les actions. Ça dépend. Mais à chaque fois que j’entre c’est pour aider l’équipe”, a-t-il déclaré.

Benzema est largement le meilleur buteur du Real (20 buts et 5 passes décisives toutes compétitions confondues cette saison), et le meilleur buteur derrière lui est Casemiro avec… 6 petits buts.

Même sans Eden Hazard, encore forfait mardi, sans soutiens hormis les jeunes Rodrygo, Vinicius et Asensio, Benzema reste l’assurance tous risques de Zidane: quand Benzema est là, le Real va mieux.

La Ligue des champions et eux

En Ligue des champions, qu’il a disputée avec Séville (2017-2018) sans laisser de traces mémorables, puis avec l’Atalanta (ces deux dernières saisons), Muriel reste un novice: 20 apparitions, dont huit comme titulaire, pour 3 buts.

Il a toutefois marqué cette saison le but peut-être le plus important de la saison européenne de la “Dea”, contre l’Ajax (1-0) en décembre, synonyme de qualification pour les 8es.

A l’aller contre le Real, Muriel avait eu une occasion (41e), mais n’avait pas réussi à échapper à Raphaël Varane.

Pour Benzema, absent à l’aller en Italie (blessé aux adducteurs), sa dernière sortie européenne s’était soldée par des buts décisifs, avec un doublé contre Mönchengladbach pour arracher la qualification en 8es et la première place du groupe (2-0).

Et la C1 reste la compétition où Benzema brille le plus. Il l’a remportée 4 fois depuis 2014 et totalise 125 apparitions continentales.

Et avec les quatre buts ajoutés cette saison, “KB9” reste plus que jamais le meilleur buteur français de l’histoire de la Ligue des champions (69 buts), à seulement trois longueurs de la troisième marche du podium occupée par Robert Lewandowski.