C1: avec Griezmann et Suarez, l’Atlético vient à bout de Milan

Antoine Griezmann vient d’égaliser pour l’Atletico Madrid face à l’AC Milan à San Siro, le 28 septembre 2021
/ © 2021 AFP

Cruel pour Milan! Héroïques à dix contre onze, les Rossoneri ont craqué en fin de match (1-2) contre l’Atlético Madrid sur un but d’Antoine Griezmann (84e) et un penalty de Luis Suarez à la 97e minute, pour leur retour en Ligue des champions à San Siro.

Avant ce final retournant, lancé par le premier but de “Grizou” depuis son retour chez les Colchoneros, le match avait basculé dès la demi-heure, quand Franck Kessié avait écopé d’un second carton jaune (peut-être sévère) pour une intervention en retard.

L’AC Milan, parti pied au plancher et en tête grâce à Rafael Leao (20e), a alors été contraint de jouer en défense, ce qui n’est pas le meilleur atout de l’équipe enthousiaste de Stefano Pioli.

Défendre, elle l’a fait vaillamment, avec une ligne de cinq, voire parfois six défenseurs devant Mike Maignan. Longtemps, les Madrilènes ont été maintenus loin de sa cage, incapables d’attraper le cadre.

Mais la faim de Griezmann, encore sur le banc au coup d’envoi comme lors du premier match contre Porto (0-0), a fait la différence à son entrée à l’heure de jeu: sa volée du gauche a remis l’Atlético en selle.

Et Luis Suarez, jusqu’ici maladroit (45+1e, 53e), a scellé la victoire après une main dans la surface du Milanais Pierre Kalulu. Pour le plus grand plaisir de la centaine de supporters de l’Atlético installés tout en haut de San Siro, au troisième anneau.

L’Atlético remporte une première victoire précieuse dans ce groupe ardu. Avec deux défaites (après Liverpool 2-3), l’AC Milan va avoir du mal, victime de son manque d’expérience.

Pourtant l’heure était à la fête au coup d’envoi: “Finalement nous voilà de retour à la maison!”, a clamé le speaker avant l’entrée des équipes, dans un San Siro rugissant de bonheur, pour ce premier match de C1 à domicile depuis plus de sept ans.

Le dernier en date, c’était en février 2014 et c’était déjà contre l’Atlético Madrid de Diego Simeone, avec à la clé une victoire des Espagnols, déjà (1-0).

Porté par un tel élan, les Rossoneri sont partis très fort, emmenés par un Brahim Diaz de gala. Dans un match particulier pour lui (il est prêté par le Real Madrid), le talentueux N.10 espagnol a tout fait aux Colchoneros pendant vingt minutes.

Son choix de tirer plein axe (17e) n’était sans doute pas le bon mais il a ensuite offert deux caviars: Ante Rebic, parfaitement lancé en profondeur, a perdu son face à face contre Jan Oblak (19e), mais Leao n’a pas manqué la cible (20e).

Mais une fois Milan réduit à dix, privé de son combattant Kessié, trop généreux pour le coup, et avec un Diaz rapidement à court d’essence, le décor a évidemment changé.

Tout le monde a dû défendre, y compris Olivier Giroud qui s’est sacrifié comme tout le monde après son entrée en jeu (57e). Mais cela n’a pas suffi. L’Atlético a encore gagné, comme il y a sept ans.