C1: Arsene Wenger pas vraiment triste pour Manchester City

Arsène Wenger à son arrivée à Doha le 21 décembre 2019 pour la finale du Mondial des clubs
/ © 2020 AFP

L’ancien manager d’Arsenal, Arsène Wenger, n’a pas fait preuve de beaucoup d’empathie avec Manchester City, exclu pour deux ans des compétitions européennes pour avoir violé le fair-play financier, estimant que les “règles” était faites pour être respectées et les contrevenants, “punis”.

“Les règles sont ce qu’elles sont et ceux qui ne les respectent pas doivent être punis”, a déclaré l’actuel directeur du développement de la Fifa lors du Laureus Sport Awards à Berlin.

Vendredi soir, le gendarme financier de l’UEFA avait annoncé que Manchester City serait exclu pour deux ans de toute compétition européenne et qu’il devrait payer une amende de 30 millions d’euros.

Une décision motivée par des manipulations comptables du club qui aurait gonflé des revenus de sponsoring pour respecter les règles du fair-play financier imposées par l’autorité européenne, mais contre laquelle City va faire appel.

“Si cela est prouvé qu’ils ont fait cela à dessein, on ne peut pas laisser ça impuni”, a ajouté Wenger. L’ancien manager d’Arsenal, 70 ans, a aussi ironisé sur la situation en rappelant que Manchester City, racheté en 2008 par le cheik Mansour bin-Zayed al-Nahyan, avait raflé plusieurs de ses joueurs.

“Ils ont acheté tous mes joueurs”, a-t-il plaisanté. Pendant ces années à la tête des Gunners (1996-2018), Wenger a vu Kolo Touré et Emmanuel Adebayor en 2009, Gaël Clichy et Samir Nasri en 2011 et Bacary Sagna en 2014, partir à Manchester City.