C1: après son nul à Leipzig, le PSG n’est pas plus avancé

Les joueurs du Paris Saint-Germain, après le pénalty accordé dans le temps additionnel à Leipzig, qui permet aux Allemands d’égaliser (2-2), lors de la 4e journée de la Ligue des Champions, le 3 novembre 2021 à Leipzig
Par Alexis HONTANG / © 2021 AFP

Malgré le doublé de Georginio Wijnaldum, le Paris SG a été rejoint dans les dernières minutes par le RB Leipzig (2-2), mercredi en Ligue des champions, en Allemagne, un nul logique qui a mis en avant ses difficultés récurrentes dans le jeu.

Huit points, aucune défaite, et la deuxième place du groupe A, avec quatre unités d’avance sur son poursuivant Bruges: après quatre journées, le bilan comptable du PSG reste dans le vert.

Avant d’aller défier le leader Manchester City (9 pts) le 24 novembre, les Parisiens restent dans les clous pour se qualifier pour les huitièmes de finale, la première étape vers leur ambition de gagner la compétition.

Le nul “ne change rien” au plan de vol, a expliqué l’entraîneur Mauricio Pochettino.

Mais à la Red Bull Arena, sans Lionel Messi, blessé à une cuisse et à un genou, ses joueurs n’ont pas montré un visage de prétendant au trône, alors qu’ils étaient venus pour y gagner avec la manière.

“Nous devons progresser. On a perdu le ballon trop facilement et on n’a pas su concrétiser nos occasions”, a résumé Wijnaldum.

Le penalty tardif de Dominik Szoboszlai (90e), après une faute de Presnel Kimpembe, a puni l’inefficacité en seconde période des coéquipiers du Néerlandais, dont le doublé (21e, 40e) aurait dû permettre à son équipe de gagner.

Elle n’a plus à prouver sa force de caractère, mais sa nervosité en fin de match a rappelé que ce vernis pouvait aussi s’écailler.

A la mi-temps, les hommes de Mauricio Pochettino avaient pourtant la situation en main, alors même qu’ils avaient frôlé la catastrophe dès le début, après l’ouverture du score de Christopher Nkunku (8e).

Deux minutes plus tard, André Silva a tiré le penalty pour le 2-0. Mais l’arrêt décisif de Gianluigi Donnarumma a rappelé que Paris avait assez de talent pour voyager n’importe où, même avec des valises trop lourdes.

Wijnaldum enfin décisif

Le PSG, “ce n’est pas qu’un joueur”, a rappelé l’entraîneur du RBL Jesse Marsch mardi, interrogé sur le forfait de Messi.

Et ce n’est pas non plus que Neymar, Angel Di Maria, ou Kylian Mbappé, qui n’ont pas brillé. A Leipzig, Wijnaldum a pris le relais, avec un doublé (21e, 40e) sur deux des rares occasions parisiennes de la première période.

Il s’agit des premiers buts du Néerlandais, arrivé cet été, sous ses nouvelles couleurs. Le vainqueur de la C1 avec Liverpool en 2019 a montré le chemin, mais il n’a pas été suivi.

Mbappé a bénéficié de trois grosses occasions (45e+1, 52e, 64e), dont deux duels avec le gardien Peter Gulacsi, qu’il a gâchées. Son manque de réalisme a laissé son équipe à découvert d’un retour des Allemands…

Dès les premières secondes, le PSG a joué comme il l’a souvent fait en ce début de saison, c’est-à-dire de manière déroutante, ce qui donne autant de raisons d’être optimiste que pessimiste.

Le premier quart d’heure a été raté dans les grandes largeurs. “C’est la plus grande déception”, pour l’entraîneur Mauricio Pochettino.

L’ouverture du score par Nkunku, de la tête après un centre de Silva, est intervenue après une mésentente entre Di Maria et Achraf Hakimi.

L’attaquant natif de la Seine-et-Marne, formé au PSG, n’a pas célébré son but, par respect à son ancien club.

Le public a rugi à sa place. Deux minutes plus tard, il a basculé dans l’euphorie quand l’arbitre suédois Andreas Ekberg a désigné le point de penalty après une faute de Danilo sur Silva.

avec la VAR

L’attaquant portugais a voulu faire justice lui-même. Mais Donnarumma a arrêté sa tentative à ras terre.

De cette action décisive débute l’autre analyse: celle d’une équipe parisienne qui se plie sans jamais se rompre. Mieux, qui est capable de frapper fort quand la pression sur elle se relâche.

En Allemagne, le réalisme de Wijnaldum, qui a concrétisé les deux premières occasions du PSG, a initié la remontée.

D’abord à la conclusion d’une combinaison entre Di Maria, Neymar et Mbappé, le Français réalisant sa cinquième passe décisive dans la compétition cette saison.

Le cri de soulagement du Néerlandais après l’égalisation aurait très bien pu être celui de ses coéquipiers qui, enfin, avaient passé l’orage.

Il a répété sa célébration à la 40e, après le but du 2-1 de la tête, confirmé par l’assistance vidéo à l’arbitre. Un coup de pied arrêté, la VAR… Le mode opératoire est minimaliste, mais il incarne à merveille ce PSG, qui fait rimer résultats excellents avec rendement insuffisant.