Brésil: Hulk super-héros à Belo Horizonte

Hulk brandit le trophée de champion du Brésil remporté avec l’Atlético Mineiro, le 5 décembre 2021 à Belo Horizonte
/ © 2021 AFP

C’est la Hulk-mania à Belo Horizonte! Il ne se transforme pas en géant vert quand il se met en colère, mais empile les buts et fait chavirer les supporters d’Atlético Mineiro, sacré champion brésilien pour la première fois en cinquante ans.

De retour dans son pays natal après une carrière bien remplie à l’étranger, l’ancien attaquant de Porto, 35 ans, est une idole dans cette ville du sud-est du Brésil à présent toute colorée de vert.

Les supporters se peignent le visage, les bras et parfois même le torse pour ressembler au super-héros de Marvel qui a inspiré le surnom de Givanildo Vieira de Sousa, attaquant d’une rare puissance.

Dans les environs du stade, les figurines de Hulk revêtant le maillot noir et blanc de l’Atlético se vendent comme des petits pains. Les vendeurs ambulants disent même avoir du mal à répondre à la demande, malgré un prix assez élevé (70 réais, environ 11 euros).

“Impossible de ne pas tomber amoureux de ce club”, a lâché le numéro 7 de l’Atlético, lors d’un entretien à la chaîne Sportv.

Originaire de Paraiba, un Etat pauvre du nord-est, il avait très peu joué au Brésil avant de partir tout jeune au Japon, puis en Europe.

Relativement méconnu dans son pays malgré ses bonnes performances en Ligue des champions, il était titulaire lors de la débâcle 7-1 de la Seleçao face à l’Allemagne en demi-finale du Mondial-2014.

Et c’est justement au stade Mineirao de Belo Horizonte, où il a vécu cette humiliation historique, que Hulk s’est offert un second souffle, après être tombé quelque peu dans l’oubli durant quatre ans en Chine.

Cri de guerre

Il a signé à l’Atlético Mineiro en janvier, a fait ses débuts en mars et a depuis marqué près du tiers des buts de son équipe en championnat.

Cela fait de lui le meilleur buteur du Brasileirao, avec 19 réalisations.

“C’est déjà une des plus grandes idoles du club, même si ça fait peu de temps qu’il est ici”, dit à l’AFP Mauricio Maoli, DJ qui a officié au Mineirao lors des matches à huis clos durant la pandémie.

Sur un banc de montage, il a créé une courte bande sonore spécialement pour Hulk en reprenant des cris de supporters du stade du Dragao, à Porto, à l’époque où l’attaquant y jouait (2008-2012).

Pendant plusieurs mois, “Hulk, Hulk, Hulk” résonnait dans les tribunes vides.

“Mais quand les supporters ont fait leur retour (en août), c’est devenu un cri de guerre”, raconte Mauricio Maoli, 45 ans.

Samuel, lui, a un an et cinq mois, et ne sait dire que trois mots: “Papa, Maman et Hulk”, confie son père, Daniel Reis.

Filmé par les télévisions en tribunes avec son masque vert à l’effigie de Hulk, le bambin est devenu une des mascottes du club lors des matches au Mineirao.

“C’est un porte-bonheur”, dit fièrement son papa, qui l’a amené au stade lors de quatre victoires à domicile.

“A jamais dans nos coeurs”

Le petit Samuel a dû attendre bien moins de temps que lui pour voir son club de coeur champion national. Comme Daniel Reis, 31 ans, la plupart des supporters qui fréquentent le Mineirao n’avaient jamais vu leur équipe monter sur le toit du Brésil.

Le seul autre titre de champion brésilien de l’Atlético Mineiro date de 1971.

Dario, surnommé “Dada Maravilha”, était le meilleur buteur.

Aujourd’hui âgé de 75 ans, celui qui était remplaçant dans l’équipe mythique championne du monde au Mexique avec Pelé en 1970 tresse aujourd’hui les louanges de son successeur.

“Il est extraordinaire, il a une telle force. Taper sur Hulk, c’est comme taper dans un mur”, a-t-il déclaré lors d’un entretien au site Uol.

“Tu seras à jamais dans nos coeurs”, a dit pour sa part Reinaldo, meilleur buteur de l’histoire de l’Atlético Mineiro, à la télévision officielle du club.

Pour lui, Hulk est “la meilleure recrue du club ces dernières années”.

Un sacré compliment, quand on sait que l’Atlético s’était attaché en 2012 les services de Ronaldinho, remportant dans la foulée la Copa Libertadores.