Bleus: Zidane, Thuram… Avant Benzema, les grands retours en sélection

L’effigie de Karim Benzema apparaît à l’écran lors de la sélection des Bleus annoncée par Didier Deschamps sur la chaîne TF1 à Boulogne Billancourt, le 18 mai 2021
/ © 2021 AFP

A l’image de Karim Benzema, rappelé mardi en équipe de France à 33 ans et cinq ans après sa dernière convocation, plusieurs figures du football comme Zinédine Zidane, Lilian Thuram ou Lionel Messi ont fait leur retour en équipe nationale après une éclipse.

Pelé, retour gagnant

Vainqueur de la Coupe du monde 1958 (en Suède) et 1962 (au Chili), Pelé vit un cauchemar lors du Mondial-1966 en Angleterre, victime des coups de ses adversaires et du laxisme arbitral.

Il décide alors de se concentrer sur son club de Santos et ne portera plus le maillot de la sélection pendant deux ans.

Mais le Mondial-1970 approche et l’artiste retrouve la Seleçao sous les ordres de son ancien partenaire Mario Zagallo. Pelé sera étincelant au Mexique pour apporter au Brésil son troisième sacre mondial.

Gascoigne, larmes et frasques

Appelé pour la première fois en sélection en 1988 par Bobby Robson, Gascoigne va marquer le football anglais par ses frasques, mais aussi par ses larmes lors de la demi-finale du Mondial-1990 perdue aux tirs au but contre l’Allemagne.

Robson quitte la sélection et Gascoigne est écarté par son successeur Graham Taylor. Il revient pour un match amical mais se blesse et manque l’Euro-1992.

Il se blesse de nouveau en 1994 et est absent un an et demi. Mais en 1996, lors de l’Euro à domicile en Angleterre, son génie si particulier frappe, avec un but en jongles incroyable contre l’Ecosse.

Zidane, un destin en Bleu

Parvenu sommet du football après un doublé historique (Mondial-1998, Euro-2000) à la baguette de l’équipe de France, Zinédine Zidane annonce sa retraite internationale dans la foulée d’une élimination sans gloire en quarts de finale de l’Euro-2004.

Mais un an plus tard, le génial meneur de jeu décide de revenir.

Sous les ordres de Raymond Domenech, “Zizou” conduit la France jusqu’en finale du Mondial-2006 en Allemagne, avec notamment un récital contre le Brésil en quarts (1-0).

Il achève néanmoins son extraordinaire carrière par son fameux coup de tête sur l’Italien Marco Materazzi qui lui vaut une exclusion en finale.

Thuram et Makélélé, écuyers de “Zizou”

Comme Zidane, Lilian Thuram et Claude Makélélé annoncent leur retraite internationale après l’échec de l’Euro-2004.

Mais ils annoncent comme “ZZ” leur retour en Bleu et participent à l’épopée en Allemagne.

En juin 2008, après la sortie de route au premier tour de l’Euro, le défenseur et le milieu défensif annoncent leur retraite internationale définitive.

Avec 142 sélections, Thuram reste le joueur français le plus capé.

Rossi, de l’infâmie au Ballon d’Or

Suspendu deux ans pour sa participation au scandale du “Totonero”, le loto sportif italien, la carrière de Paolo Rossi semble brisée.

Sa suspension prend fin en avril 1982, à deux mois du Mundial espagnol. Le sélectionneur Enzo Bearzot le rappelle, mais le premier tour se passe mal. La “Nazionale” fait trois nuls, ne passe que de justesse le Cameroun, et Rossi n’a marqué aucun but.

Mais son réveil est foudroyant dans la seconde phase. Un triplé de légende contre le Brésil (3-2) en quarts de finale, un doublé lors de la demie contre la Pologne (2-0) et le premier but de la finale contre la RFA (3-1). Le rédemption est parfaite, Rossi, meilleur buteur de la Coupe du monde, guide l’Italie au sommet, et finit l’année Ballon d’Or.

Messi, de déception en déception

Pour Messi, auréolé de succès à Barcelone, ce sont ses déceptions à répétition avec l’Argentine qui l’ont poussé à s’éloigner provisoirement de la sélection.

Après une défaite en finale du Mondial-2014 puis en finale de la Copa America 2015, Messi bute à nouveau sur la dernière marche en finale de la Copa America 2016.

“La sélection, c’est fini pour moi, c’est la quatrième finale que je perds, la troisième de suite”, lance-t-il le 26 juin 2016, amer.

Mais cette retraite internationale ne dure pas. Messi revient sur ses propos deux mois plus tard et disputera le Mondial-2018… sans beaucoup plus de réussite: élimination en huitièmes contre la France (4-3) et nouvelle parenthèse internationale pour le sextuple Ballon d’Or, qui fait un break jusqu’à début 2019.

Ibrahimovic, retour brisé

Comme Benzema, le revenant Zlatan Ibrahimovic aurait dû être à 39 ans une des stars de l’Euro (11 juin-11 juillet).

L’annonce de son retentissant retour aux affaires avec la Suède, cinq ans après sa dernière convocation, a agité la planète football en mars: l’avant-centre de l’AC Milan a même signé deux passes décisives fin mars avec sa sélection en qualifications pour le Mondial-2022.

Mais une blessure à un genou a brisé le rêve du fantasque attaquant, qui sera absent du grand tournoi continental cet été.