L’attaquant des Bleus Wissam Ben Yedder Ă  son arrivĂ©e au centre d’entraĂ®nement national de Clairefontantaine, le 2 septembre 2019
Par Jeremy TALBOT, Antoine MAIGNAN / © 2019 AFP

“Profil diffĂ©rent”, remplaçant “dĂ©cisif” en Bleu et buteur hors pair Ă  Monaco, Wissam Ben Yedder s’installe enfin, Ă  29 ans, dans le paysage de l’Ă©quipe de France, avec qui il rĂŞve de disputer son premier grand tournoi Ă  l’Euro-2020 malgrĂ© la forte concurrence.

La dĂ©cision prise par l’attaquant de quitter l’Ă©tĂ© dernier le SĂ©ville FC après une saison Ă©norme Ă  30 buts en 54 matches toutes compĂ©titions confondues, pour le dĂ©cevant 17e du dernier Championnat de France, Ă©tait osĂ©e.

En trois mois, “WBY” a prouvĂ© que le dĂ©fi valait le coup: co-meilleur buteur de Ligue 1 avec neuf rĂ©alisations (comme le Lyonnais Moussa DembĂ©lĂ©), rappelĂ© par Deschamps continuellement depuis juin, dĂ©cisif en septembre avec l’Ă©quipe championne du monde, le MonĂ©gasque compile les Ă©loges en club comme en sĂ©lection.

Ben Yedder en L1 cette saison, c’est un but toutes les 93 minutes, un but toutes les 58 minutes Ă  domicile. Soit 7 en 407 minutes, sur 14 frappes cadrĂ©es et un total de 18 tentĂ©es. Des statistiques dignes des annĂ©es toulousaines qui ont rĂ©vĂ©lĂ© les qualitĂ©s de ce petit gabarit (1,70 m) issu du futsal.

“La finesse technique doublĂ©e d’un très grand sens du but”, synthĂ©tise son entraĂ®neur Leonardo Jardim.

“EfficacitĂ© devant le but”

Le sĂ©lectionneur des Bleus apprĂ©cie chez Ben Yedder les mĂŞmes atouts: “Il suffit de regarder ce qu’il a fait la saison dernière avec son club de SĂ©ville. Et il continue de le dĂ©montrer avec Monaco, il a prouvĂ© son efficacitĂ© devant le but”, s’est-il justifiĂ© jeudi Ă  l’annonce de la liste, oĂą sa prĂ©sence n’a Ă©tonnĂ© personne.

Car depuis le mois de juin, l’avant-centre appelĂ© pour la première fois en mars 2018 n’a manquĂ© aucun rassemblement. Mieux: il a eu du temps de jeu sur six des sept derniers matches des Bleus, en profitant pour marquer ses deux premiers buts. Il a Ă©tĂ© titularisĂ© Ă  Andorre en juin (4-0), puis contre la Turquie (1-1) en octobre, quelques jours après une entrĂ©e rĂ©ussie en Islande (1-0).

Face au manque de rythme d’Olivier Giroud, jusqu’Ă  prĂ©sent titulaire indiscutable, Ben Yedder s’impose comme la doublure N.1. Deschamps vante d’ailleurs rĂ©gulièrement l’apport du joueur lorsque qu’il sort du banc.

“Wissam a cette capacitĂ©-lĂ . C’est intĂ©ressant pour pouvoir inverser un rĂ©sultat, c’est un plus qu’on n’a pas eu tout le temps”, dĂ©veloppe le boss des Bleus, Ă©voquant un ancien “talon d’Achille” que Ben Yedder, entre autres, contribue Ă  effacer. “Ce qui ne l’empĂŞche pas de pouvoir dĂ©buter un match”, dixit le sĂ©lectionneur.

Un discours rassurant après une dernière sortie dĂ©cevante: face aux Turcs, l’ex-SĂ©villan n’a guère pesĂ© et c’est son concurrent Giroud qui a marquĂ© l’unique but tricolore, quatre minutes après son entrĂ©e en jeu.

“Je ne lui ai pas fait un cadeau, c’est clair”, estime Deschamps. “Entre le Stade de France, un match dĂ©cisif, la Turquie, il y a une part Ă©motionnelle importante qui a pu le conditionner. Mais ça n’enlève rien Ă  ce qu’il a fait jusque lĂ ”.

“Un passionnĂ©”

Et cela ne lui est pas restĂ© longtemps sur la conscience. Quelques jours plus tard, il signe son retour en club d’un doublĂ© contre Rennes (3-2) avant d’inscrire dans la foulĂ©e le but libĂ©rateur Ă  Nantes (1-0).

“Je n’ai pas de limite, j’essaie toujours de faire plus et de continuer Ă  marquer”, s’expliquait-il alors.

“Pas de limite”: le slogan revient souvent sur la table avec le natif de Sarcelles (Val-d’Oise), trop loin dans la hiĂ©rarchie en 2018 pour participer au Mondial, et encore pas assez expĂ©rimentĂ© deux ans plus tĂ´t pour disputer l’Euro en France.

“Un passionnĂ© rĂŞve de rĂ©aliser ses rĂŞves. Je suis un passionnĂ©. Ça veut dire que plus j’avance, plus je me dĂ©couvre des ambitions. Donc je n’ai pas de limites”, glissait-il en octobre dans un entretien Ă  l’Equipe. “J’ai toujours eu confiance en moi, et je sais qu’un jour ou l’autre je peux aussi avoir ma place en tant que N.1”, poursuivait-il auprès de RMC.

Il lui reste sept mois pour y parvenir d’ici l’Euro.