Bleus, la course à l’Euro: Hernandez bon élève, Maignan comme un “grand”

Lucas Hernandez avec le Bayern Munich contre le Werder Brême au Weserstadion, le 13 mars 2021
/ © 2021 AFP

Lucas Hernandez s’est distingué à l’occasion d’une rare titularisation avec le Bayern Munich, au cours d’un week-end marqué par une parade décisive et spectaculaire du gardien lillois Mike Maignan, quasiment assuré d’être appelé jeudi par le sélectionneur Didier Deschamps.

Hernandez complimenté par Flick

Lucas Hernandez, le joueur le plus cher jamais acheté par le Bayern (80 millions d’euros), n’est pas un premier choix pour l’entraîneur Hansi Flick. Samedi, le champion du monde a cependant eu droit à une titularisation en défense centrale (la quatrième seulement en douze matches de Bundesliga depuis le 1er janvier), en raison de l’absence pour blessure de David Alaba.

Il a livré l’une de ses meilleures prestations cette saison, dans un match certes totalement dominé par son équipe. “Lucas a fait aujourd’hui un très bon match, l’a complimenté Flick. Il a été très attentif en défense, et a eu de bonnes actions offensives”.

Alors que la presse spécule régulièrement sur un départ du Bayern, où Hernandez ne s’est pas imposé en deux saisons, Flick a répété son admiration pour son joueur: “C’est un professionnel absolu, avec une mentalité incroyable. C’est un garçon qui est à fond à chaque entraînement et qui tire l’équipe avec lui par son attitude. C’est juste génial d’avoir un joueur comme lui”.

Lacazette toujours là

En inscrivant le penalty de la victoire contre Tottenham (2-1), dans un derby du nord de Londres qui se refusait aux Gunners depuis décembre 2018, Alexandre Lacazette a marqué son 10e but de la saison en championnat. Il s’agit de la 8e saison de suite qu’il marque au moins 10 buts pour son club, que ce soit Lyon ou Arsenal.

“C’est un sentiment merveilleux. On voulait vraiment remporter ce derby pour nos supporters”, a-t-il savouré.

Il n’a pas tremblé face au gardien des Bleus champions du monde, Hugo Lloris, son ancien coéquipier à Lyon. “J’ai tiré un paquet de penalties face à Hugo Lloris, à l’époque, mais j’étais assez confiant”, a-t-il assuré. Il a d’ailleurs pris à contre-pied le gardien des Spurs. Une façon comme une autre de se rappeler au bon souvenir de Didier Deschamps.

Maignan comme un “grand”

Dans la hiérarchie actuelle des Bleus, Mike Maignan est le troisième gardien derrière le titulaire incontesté Hugo Lloris et sa doublure Steve Mandanda. Mais le portier de Lille confirme de semaine en semaine qu’il a le niveau pour aller plus haut.

Dimanche à Monaco, le Guyanais de 25 ans a sauvé le LOSC à la dernière minute de la rencontre (0-0) avec un arrêt miraculeux de la jambe devant Stevan Jovetic, complètement ahuri face à une telle prouesse. “C’était une grosse opportunité mais Maignan est excellent”, a constaté l’entraîneur monégasque Niko Kovac.

Coutumier de ce genre de geste, Maignan a permis à Lille de sécuriser sa première place avec une septième “clean-sheet” (match sans but encaissé) sur les neuf dernières rencontres de championnat. Son arrêt, “ça s’appelle être décisif, c’est la marque des grands”, a apprécié Thierry Oleksiak, entraîneur-adjoint de Lille. “Il travaille beaucoup, il est très sérieux, capable de se remettre en question après chaque match. C’est un gardien qui va encore progresser.”

Thauvin se signale

Il est a priori très loin du compte et des Bleus et il le sait, mais Florian Thauvin a tout de même envoyé un signe de vie à Didier Deschamps samedi avec un but décisif contre Brest (3-1). Depuis l’arrivée de Jorge Sampaoli sur le banc marseillais, le champion du monde, plus appelé en sélection depuis juin 2019, évolue à un poste inhabituel pour lui de milieu relayeur, où il fait beaucoup d’efforts mais manque logiquement de repères.

Après un début d’année 2021 vraiment moyen (un but, une passe décisive), l’ancien Bastiais pourrait être relancé par l’arrivée du nouvel entraîneur et la volonté de bien finir la saison alors que la question d’une éventuelle prolongation de contrat reste posée. Pour les Bleus en revanche, le but de samedi risque de ne pas suffire.

“Je ne suis pas retourné en équipe de France depuis ma blessure. Et il est clair que la saison en cours n’est pas à mon avantage. Mais j’ai côtoyé cette équipe pendant plusieurs années, je connais bien le groupe et il y a un coach qui sait ce que je peux faire ou ne pas faire. Ce qui est important, c’est d’être focalisé sur l’OM. Les Bleus pour l’instant, ça n’est pas une question que je me pose”, avait-il dit vendredi.

cpb-stt-hap-jta/jed/av